Voyage à vélo en Wallonie sur la Route Unesco

Mise à jour le 14/03/2024
pause-gaufre-velo

Vous le savez, j'aime faire du vélo en Wallonie! Après une semaine sur la Meuse à vélo entre Dinant et Huy, j'ai choisi cette fois de tester la Route Unesco de Wallonie à vélo, un itinéraire à vélo assez méconnu mais qui a pourtant plein de qualités! Elle est agréable à parcourir à vélo et permet de faire de très beaux arrêts en cours de route pour visiter de belles villes et découvrir le patrimoine bâti de Wallonie mais aussi profiter de la beauté des paysages. J'ai fait (presque) la totalité de l'itinéraire en deux fois.

Laurène Philippot
Laurène
Laurène est la créatrice du blog, où elle partage ses découvertes depuis 2011. City break, voyages à vélo, randonnées... Elle a toujours de nouvelles idées d'escapades!

La première année, j’ai fait la partie située à l’ouest de la Wallonie, en allant de Tournai et Charleroi dans la Province de Hainaut, durant 4 jours. La deuxième année, j’ai fait la partie située à l’est de la Wallonie en allant de Blégny à Ciney durant 7 jours (plus une journée de pause dans la ville de Spa). Il n’y a donc que la partie entre Charleroy et Ciney, qui passe par Dinant, que je n’ai pas faite (mais j’avais déjà eu l’occasion de visiter Dinant à d’autres occasions). Allez, je vous emmène: voici mon itinéraire, mes idées de visites et mes bonnes adresses!

Qu’est ce que la Route Unesco de Wallonie?

La Route Unesco est un itinéraire cyclable de 500km découpé en 11 étapes et allant de Tournai (juste à côté de la frontière française) à Blégny (à la frontière des Pays-Bas). Elle traverse ainsi la Wallonie d’ouest en est, permettant au passage de découvrir un patrimoine naturel et culturel varié. Au programme, comme son nom l’indique, de très nombreux sites classés au Patrimoine mondial de l’Unesco ainsi que des traditions classées au patrimoine immatériel. Génial, non?

blegny-mines-route-unesco-velo

L’itinéraire passe par de nombreuses pistes cyclables (les fameux RAVeL de Wallonie), mais aussi par des petites routes. Celles-ci sont en général peu fréquentées, ou alors sur de très courtes portions: on est globalement vraiment au calme et en sécurité, c’est très agréable!

velo-ravel-voie-ferree

Il n’y a pas de balisage dédié “Route Unesco” mais l’itinéraire reste facile à suivre car il y a en Wallonie l’ingénieux système de points-noeuds et un balisage général pour les vélos qui est bon. On peut aussi, comme je l’ai fait, télécharger les traces GPX des différentes étapes sur le site de Wallonie Tourisme et les suivre avec son GPS, sa montre GPS ou une app de randonnée sur son téléphone.

panneaux-velo-vennbahn

On trouve le long de l’itinéraire des hébergements labellisés “Bienvenue vélo”, ce qui signifie qu’ils ne sont pas loin d’un réseau cyclable (moins de 5km) et que vous y trouverez de quoi mettre votre vélo en sécurité pour la nuit. C’est l’équivalent de notre label “Accueil vélo” en France, si vous connaissez 😉

gite-estinnes

Il est assez aisé de ne faire qu’une partie de cet itinéraire car il y a de nombreuses gares en chemin. Il suffit alors de garer sa voiture dans une ville, de faire son périple à vélo puis de reprendre un train pour rejoindre sa voiture.

Les vélos sont acceptés dans les trains belges moyennant le paiement d’un supplément de 4€ à payer en même temps que le billet. En fonction des trains, il peut y avoir un espace vélo dédié ou ne pas en avoir, il faudra donc voir avec le contrôleur où le mettre exactement et sans doute éviter les heures de pointe… Je n’ai pas eu de souci, à part le fait de devoir parfois monter le vélo à bord du train dont les marches sont très hautes mais là encore c’est variable, parfois c’est aussi à niveau! Disons qu’il y a encore des progrès à faire pour optimiser l’intermodalité mais que ce n’est déjà franchement pas mal 😉

Quel niveau et quel vélo pour pédaler sur la Route Unesco?

Les étapes de la Route Unesco sont de niveaux variables. Elles sont faciles au début de l’itinéraire car on est en plaine (les 4 jours du premier itinéraire dont je vous parle ici ne présentent pas de difficultés), mais s’avèrent plus difficiles à l’est de la Wallonie, où se trouve le massif ardennais…Les 7 jours que je vous propose dans le second itinéraire sont vraiment plus sportifs.

gravel-route-unesco-wallonie

Heureusement, vous pouvez facilement prévoir en regardant le détail des étapes sur le site, qui vous donne à chaque fois le kilométrage, le dénivelé et le niveau de difficulté: téléchargez le GPX pour voir les données, car ce qui est noté sur le site est parfois faux en revanche!

velo-champs

Entre Tournai et Charleroi, le parcours est adapté à tous les niveaux: c’est plat et les étapes ne sont pas longues (seule la première l’est un peu plus). Seule difficulté par moments: les pavés! Hé oui, cela secoue bien… Mais heureusement, il n’y en a pas tant que ça, il faut juste prendre son mal en patience lorsqu’on les rencontre 😉

Entre Blégny et Ciney, le parcours conviendra plutôt à des personnes plus sportives ou alors équipées d’un VAE. Pas de pavés à signaler cette fois, mais par contre il y a du dénivelé! Si vous pensiez que la Belgique est un “plat pays”, vous allez changer d’avis 😉

velo-gravel

Pour le choix du vélo, je vous recommande d‘opter pour un VTC, vélo de trekking ou Gravel (c’est ce que j’ai) mais de ne pas prendre un vélo de route. Même si la majorité de l’itinéraire est revêtu, il y a des passages sur des chemins qui auraient été compliqués avec un vélo de route. Pour parcourir cet itinéraire, j’ai roulé avec mon Bombtrack Hook ainsi que mes sacoches Ortlieb Back Roller Plus, que je vous recommande. La deuxième année, j’ai passé mon vélo en mode bikepacking et ai donc roulé avec des sacoches Restrap (plus Ortlieb pour les sacoches de fourche). Pour plus d’infos sur le choix des sacoches de vélo, je vous invite à lire l’article comment bien choisir ses sacoches de vélo de randonnée? Côté équipement, j’avais aussi mon casque Hyban 2.0, mes chaussures Adidas Vélosamba et le GPS Wahoo Elemnt Roam

velo-foret-wallonie

Itinéraire facile de 4 jours à l’ouest de la Wallonie

Voilà une première idée d’itinéraire sur la partie ouest de la Route Unesco entre Tournai et Charleroi:

Jour 1 – Tournai – Mons

Visite de Tournai

La Route Unesco démarre dans la ville de Tournai, située juste de l’autre côté de la frontière française. C’est une jolie petite ville dont la cathédrale et le beffroi sont classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Cathédrale de Tournai

La cathédrale de Tournai trône dans le centre-ville. On ne peut rater ses cinq tours imposantes lorsqu’on se promène à Tournai, et je vous conseille de pénétrer dans la cathédrale pour découvrir l’intérieur. L’une des caractéristiques de cette cathédrale est en effet de posséder une impressionnante nef ainsi qu’un transept roman, tandis que le choeur est gothique. Il y a également une belle rosace et des vitraux à admirer.

Grand Place et beffroi

La Grand Place de Tournai est superbe, avec ses magnifiques façades et son beffroi. Celui-ci était en travaux lorsque je suis passée mais il est normalement possible d’y monter: le panorama doit valoir le coup. Il fait partie de l’ensemble des beffrois belges et français classés à l’Unesco et est le plus vieux beffroi de Belgique!

La Grand Place possède plusieurs restaurants aux terrasses accueillantes: cela donne directement envie de s’y installer avec une bière pour profiter de la beauté du lieu et de l’atmosphère conviviale.

Maisons Art Nouveau

J’aime beaucoup le style Art Nouveau. Cela tombe bien, il y a quelques belles maisons à admirer à Tournai. Il faut aller du côté de la gare, sur l’avenue van Cutsem et la place Victor Carbonnelle par exemple.

art-nouveau-tournai
facades-art-nouveau-tournai
Balade dans le centre-ville de Tournai

Le centre historique de Tournai n’est pas bien grand: on en fait vite le tour, mais cela mérite d’y flâner un peu! On découvre de beaux bâtiments, de nombreuses églises, les quais de l’Escaut (la rivière qui traverse la ville)… Même si Tournai manque un petit peu de vie, la balade est agréable!

Où dormir à Tournai?

Je suis arrivée la veille à Tournai et ai dormi à lhôtel d’Alcantara, un très bel hôtel situé dans une maison du 18e siècle en plein centre-ville et dont les chambres sont modernes et confortables. Une très bonne adresse!

hotel-alcantara-tournai
Où manger à Tournai?

Je vous conseille l’excellent restaurant L’Arche de Noé: le cadre et la cuisine sont parfaits, j’ai adoré!

restaurant-arche-noe-tournai

Au bord de l’eau entre Tournai et Mons

Une fois Tournai quitté, 68km et environ 240m de dénivelé vous attendent. L’étape peut sembler un peu longue mais elle est assez agréable et passe bien au final. On est beaucoup au bord de l’eau, d’abord le long de l’Escaut puis au bord de canaux (Nimy- Blaton- Péronnes, Pommeroeul – Antoing, Condé-Pommeroeul), avant de traverser des zones plus urbanisées mais où les routes restent calmes.

Visite du site du Grand Hornu

La Route Unesco passe par Hornu, ville connue pour le site du Grand Hornu, que vous pouvez visiter. Le Grand Hornu fait partie des sites miniers majeurs de Wallonie et est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agissait d’un charbonnage (mine de houille, c’est à dire un lieu d’extraction du charbon), qui constitue ainsi un témoignage de l’ère industrielle du 19e siècle.

Mais le Grand Hornu est également remarquable de part son étonnante architecture néo-classique, à laquelle on ne s’attend vraiment pas pour un tel lieu industriel! Il a été imaginé ainsi par son propriétaire, Henri De Gorge, qui souhaitait créer une cité ouvrière “idéale” afin de garantir le recrutement et la fidélisation de la meilleure main d’oeuvre pour son exploitation. On découvre l’histoire du lieu lors de la visite, pour laquelle je vous conseille vraiment de prendre l’audioguide. Le Grand Hornu abrite également désormais deux musées: le MAC’s (Musée d’Art Contemporain de la Fédération Wallonie – Bruxelles) et le CID (centre d’Innovation et de Design) , qui proposent tous deux des expositions temporaires.

Où dormir à Mons?

J’ai testé deux beaux hébergements à Mons (oui, deux car j’y suis retournée lors de mon dernier jour de voyage: c’est là que j’avais laissé ma voiture!). Je vous en parle davantage dans mon article dédié à la visite de Mons mais voici tout de même les liens vers ces deux adresses.

chambre-hotes-compagnons-11-mon

Jour 2 – Mons – Binche – Estinnes

Cette étape mène normalement de Mons à Binche, je l’ai juste rallongée de 8 km environ puisque mon logement se situait après Binche, aux Estinnes-au-Mont. Je n’ai visité Binche que le lendemain (en revenant sur mes pas du coup), pour avoir vraiment le temps de profiter à la fois de Mons et de Binche.

Visite de Mons

Je vous recommande de passer la matinée à visiter Mons, pour laquelle j’ai eu un coup de coeur! J’ai d’ailleurs écrit un article dédié à ma visite de Mons, que je vous invite à lire pour avoir tous mes conseils et bonnes adresses.

Ascenseurs à bateaux du Canal du Centre

Le parcours entre Mons et Binche est également agréable. Je l’ai fait par une journée pluvieuse, comme ne le montrent pas mes photos car je suis revenue faire des photos sous le soleil lors de mon dernier jour 😉

canal-centre-ascenseurs-belgique

Le passage que j’ai préféré est sans aucun doute la piste cyclable longeant le Canal du Centre, un canal construit au 19e afin de relier différents bassins de charbon et ainsi assurer le transport des matériaux. Le canal en lui-même n’a rien de spécial, mais on y trouve d’étonnants ascenseurs à bateau classés au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il faut dire que ces 4 ascenseurs datant de la fin du 19e/début 20e sont les uniques structures de ce type existant encore dans le Monde. Ces ascenseurs élèvent les bateaux d’environ 17 mètres et fonctionnent uniquement à la force hydraulique: pas besoin d’électricité! Ils sont encore en fonctionnement mais ne peuvent plus accueillir que des bateaux de plaisance, le volume des péniches ayant fortement augmenté au fil des années.

ascenseur-bateau-belgique

Afin de permettre aux péniches de passer, un autre ascenseur a été installé et inauguré en 2002: l’ascenseur-funiculaire de Strépy-Thieu permet aux immenses péniches de franchir un dénivelé de… 73 mètres! Sa taille est impressionnante. Il est possible de faire une croisière sur le Canal du Centre mais aussi de visiter l’ascenseur de Strépy-Thieu: toutes les infos sont ici. 

ascenseur-bateaux-strepy-thieu

Site Minier du Bois-du-Luc

Un autre arrêt possible à faire sur le parcours est la visite du site du Bois-du-Luc, un autre site minier majeur de Wallonie qui est également classé au Patrimoine mondial de l’Unesco et qui accueille désormais un Musée de la Mine et du Développement durable.

bois-du-luc-wallonie

Où dormir et manger à Estinnes-au-Mont?

Gîte Les Estinnes

J’ai dormi à Estinnes-au-Mont, à 8km après Binche sur l’itinéraire et accessible facilement par le RAVeL. J’ai logé dans le très confortable gîte Les Estinnes, que je peux vous recommander. Attention toutefois, j’ai eu droit à une exception mais il faut normalement rester deux nuits. Cela peut permettre d’en profiter pour faire d’autres visites dans le coin, cela dit!

Restaurant Aux délices d’Antan

Attention, super bonne adresse! Aux délices d’antan est un restaurant de village qui ne paie pas de mine de l’extérieur mais fait clairement partie de mes meilleurs souvenirs du voyage. Déjà, le rapport qualité-prix est dingue (17€ pour une mise en bouche digne d’une entrée, une entrée, un plat, un dessert et le “verre du patron”) et la cuisine est maison. Mais en plus, l’atmosphère est vraiment ultra sympathique. Le service est décontracté, on parle facilement avec ses voisins de table (la convivialité wallonne n’est pas une légende, je l’ai souvent constatée) et on passe vraiment un excellent moment 🙂

restaurant-delices-antan-estinnes

Jour 3 – Estinnes – Binche – Labuissière

Cette étape est assez courte, tout simplement car mon hébergement du soir était à Labuissière, avant Thuin. Et encore, j’ai fait l’aller-retour à Binche depuis les Estinnes (16km). Mais cela m’a permis de profiter tranquillement de Binche ce jour-là, j’aurais un peu couru la veille sinon.

Si vous dormez à Thuin, je vous conseille alors de visiter Thuin en ce 3e jour pour équilibrer un peu plus les 3e et 4e journées, car du coup ma 4e journée était bien remplie 🙂

Visite de Binche

Comme je vous le disais plus haut, j’ai rebroussé chemin pour retourner à Binche, où j’étais passée la veille, pour avoir le temps de la visiter tranquillement. Binche est une petite ville qui se parcourt assez rapidement: le beffroi, les remparts et une petite flânerie dans les rues en donnent un bon aperçu.

Il faut en revanche vraiment prendre le temps de visiter le Musée international du Carnaval et du Masque. Pourquoi ce musée ici? Car la ville est connue pour le Carnaval de Binche, qui est classé au Patrimoine immatériel de l’Unesco. La visite du musée permet de découvrir la tradition du carnaval de Binche, mais pas seulement. Une exposition lui est dédiée, tandis qu’une autre est consacrée aux carnavals et folklores de Wallonie et une dernière aux masques sur les 5 continents du Monde. Le musée est vraiment beau et intéressant, j’ai beaucoup aimé cette visite!

Visite de l’Abbaye de Bonne Espérance

Sur le chemin entre Binche et Estinne se trouve l’Abbaye de Bonne Espérance, une très belle abbaye qui se trouve être la seule du Hainaut à avoir échappé aux destructions de la Révolution Française. Elle accueille désormais une école mais il est possible de la visiter. Des visites guidées sont organisées le week-end (les infos sont ici) mais il est tout de même possible d’entrer dans la cour en dehors de ces visites et d‘admirer ainsi les bâtiments de l’extérieur, ce que j’ai fait. En prime, vous trouverez un restaurant, le Tournebride, bien agréable pour faire une pause en terrasse en profitant de la vue sur l’abbaye.

Où dormir à Labuissière?

J’ai dormi dans une très belle chambre d’hôtes située à deux pas du canal et de l’itinéraire: Au crapaud charmant. La maison est superbe, la chambre grande et confortable, on y est très bien accueilli et le petit déjeuner est excellent.

Pour le dîner, la propriétaire de la maison d’hôtes m’a gentiment accompagnée en voiture au restaurant Les écuries modernes car il n’y avait pas d’autre restaurant plus proche ouvert ce jour-là. J’y ai mangé un excellent burger dans un très beau cadre, j’ai juste trouvé l’accueil un peu froid voire hautain (et pourtant, c’est rare en Wallonie!).

restaurant-ecuries-modernes

Jour 4 – Labuissière – Thuin – Charleroi

Visite de Thuin

Première étape de cette belle journée de vélo, la ville de Thuin. Il s’agit d’une jolie petite ville située au bord de la Sambre et qui possède une ville basse et une ville haute. Depuis la piste cyclable, il suffit de traverser un pont (à pied vu la pente, pas évident d’ailleurs de pousser le vélo chargé!) pour arriver à la ville basse que l’on peut traverser avant de monter en ville haute. Je vous préviens, cela grimpe un peu 😉

thuin-wallonie

Une fois arrivé là-haut, on peut admirer la vue sur la ville basse, la Sambre et les environs, observer le beffroi de Thuin (encore un beffroi classé à l’Unesco) et se balader dans les rues pavées, qui sont charmantes. Il vaut mieux poser le vélo, entre les pentes et les pavés la promenade à pied est plus confortable.

Thuin est également connue pour ses jardins suspendus, qui font partie du Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Il s’agit de jardins en terrasse au milieu desquels on peut se promener dans de petites ruelles pavées. On y trouve des fleurs et des potagers, et il y a même des vignes dans la parcelle appelée le Clos des Zouaves!

jardins-suspendus-vignes-thuin
jardins-suspendus-thuin

Je vous conseille de passer à l’Office du Tourisme de Thuin chercher une carte des jardins car les entrées (les “posty”) sont vraiment difficiles à trouver: ce n’est pas bien fléché du tout! J’ai tourné un moment avant de trouver quelqu’un à qui demander et d’arriver à y accéder… Prévoyez des chaussures adéquates, c’est pentu et les pavés peuvent être glissants.

thuin-jardins-suspendus

Visite de l’Abbaye d’Aulne

A seulement 8km du centre-ville de Thuin se trouve l’Abbaye d’Aulne, que je vous incite fortement à aller voir. L’entrée coûte quelques euros. Pas de détour à prévoir en plus, elle est sur l’itinéraire de la Route Unesco! Il s’agit d’un ancien monastère cistercien dont une partie est en ruines, l’édifice ayant malheureusement été incendié et pillé lors de la Révolution française… Ces ruines n’en demeurent pas moins magnifiques et leur visite a même un côté assez romantique.

abbaye-aulne

On se promène avec plaisir dans l’immense jardin qui entoure l’abbaye tout en admirant les différents bâtiments. Des panneaux explicatifs permettent d’imaginer ce que devait être l’abbaye autrefois. Une brasserie est installée dans les bâtiments: il s’agit de la brasserie de l’Abbaye d’Aulne (ADA pour les intimes), qui possède également une taverne où l’on peut se restaurer et qui est paraît-il une bonne adresse.

J’ai de mon côté opté pour le restaurant La Guinguette (plus chic, je n’avais pas forcément fait attention en arrivant, simplement attirée par sa terrasse le long du chemin de halage) qui était très bien également et en ai profité pour goûter l’une des bières fruitées de l’abbaye.

biere-cherie-abbaye-aulne

Une étape, deux ambiances

Cette étape entre Labuissière et Charleroi est intéressante car on a vraiment deux atmosphères très différentes. Jusqu’à l’entrée de Charleroi, on est au bord de l’eau et l’ambiance est assez bucolique: les paysages sont verdoyants, on longe de petits canaux, on passe par des écluses… C’est d’ailleurs vraiment agréable, j’ai adoré cette étape!

Arrivé à Charleroi, changement d’ambiance totale: on découvre “le Pays Noir”. Charleroi est en effet un ville importante dans l’histoire industrielle de la Belgique. On y trouvait des mines de charbon et l’on peut encore observer les vestiges de cette époque: haut fourneau, usines désaffectées, tours de refroidissement, terrils aux environs… Le chemin que l’on emprunte est intéressant car on passe vraiment à côté de tous ces vestiges en parcourant le chemin de halage qui mène au centre-ville de Charleroi. C’est aussi l’occasion au passage d’admirer des oeuvres de street art. J’ai aussi beaucoup aimé cette partie de l’étape, qui permet de se plonger dans une autre époque.

Visite de Charleroi

Visite du centre-ville

Charleroi se compose d’une Ville Haute et d’une Ville Basse. La ville basse est la partie la plus commerçante de la ville, tandis que la ville haute est plus résidentielle. Je ne peux pas dire que j’ai adoré Charleroi, que j’ai trouvé plutôt difficile à appréhender, mais j’ai trouvé qu’elle méritait une visite. C’est une ville qui est en pleine mutation, avec beaucoup de travaux pour transformer progressivement le centre-ville: cela vaudra certainement le coup d’y revenir dans quelques années pour voir le résultat. Pour le moment, on sent qu’il est encore difficile d’y trouver un vrai dynamisme: beaucoup de boutiques semblent vacantes et on se sent un peu seul quand on se promène dans les rues… Sauf dès que l’on pénètre dans le gros centre commercial installé au coeur de la ville basse. Un peu triste à mon sens, mais il paraît que cela a tout de même contribué à dynamiser un peu cette partie de la ville.

J’ai apprécié de découvrir Charleroi en compagnie d’une personne de l’Office de Tourisme originaire de Charleroi: cela m’a vraiment aidée d’être accompagnée d’une locale, je dois dire. On trouve de petites pépites lorsqu’on se promène un peu: les belles façades Art Nouveau et Art Déco de la Ville Haute, le métro décoré de héros de bande dessinée (les éditions Dupuis se trouvent à Charleroi), les façades ornées de street art, le passage de la Bourse et son café-librairie… Il y a vraiment plein de contrastes, c’est assez saisissant et intriguant!

Montée au Terril des Piges

Charleroi est entourée de terrils (ou terris): ces collines ont été formées par l’accumulation de déchets miniers. J’ai été impressionnée par leur hauteur, je ne me rendais pas compte de l’immense taille que cela pouvait faire! Les terrils sont désormais un lieu de promenade pour les habitants: on y monte pour se balader, observer la vue et pourquoi pas prendre l’apéro au coucher du soleil 😉 Le terril le plus proche du centre-ville de Charleroi est le terril des Piges. Même si vous visitez Charleroi rapidement, je vous conseille vraiment d’y aller, cela ne prend pas bien longtemps et cela vaut le coup! C’est l’un des lieux que j’ai préférés lors de ma visite. Prévoyez des chaussures fermées et qui accrochent un minimum si possible, la terre noire qui se trouve sur le terril est glissante.

vue-terril-piges

On accède au Terril des Piges par une trouée dans l’ancien mur du charbonnage, appelée porte d’Adrien et qui est située dans le mini-parc au croisement de la Chaussée de Bruxelles et de la Route de Mons, à côté du métro Charleroi Ouest. On suit d’abord le balisage GR puis, à une intersection, on ne le suit plus en allant sur la gauche et en montant. C’est facile à trouver, cela monte 😉

Changement d’ambiance radicale une fois cette porte passée, on est soudain sur un sentier verdoyant où la végétation a repris ses droits. Même si l’on entend le bruit des voitures, la différence d’atmosphère est étonnante! Une bonne petite grimpette vous attend ensuite, mais ce n’est pas bien long. Une fois arrivé là-haut, on est récompensé par la vue: on a un panorama à 360 degrés sur Charleroi, avec son centre-ville, son quartier industriel, son street art (on voit par exemple très bien le célèbre “Bisous m’chou” de Steve Powers qui se trouve sur le Parc des expositions) et ses terrils entourant la ville. Génial pour avoir une vision d’ensemble de la ville!

bisous-mchou-charleroi
terril-piges-panorama

Si une plus grande promenade sur ces terrils vous tente, j’ai repéré une randonnée intéressante: la boucle Noire de Charleroi (GR412), de 23km. Elle a l’air top! C’est le balisage que l’on voit au début de la montée au terril des Piges, mais cette boucle contourne ce dernier et ne va pas au sommet. Elle passe en revanche par de nombreux autres terrils.

Où dormir à Charleroi?

J’ai logé à Charleroi dans la Maison d’Hôtes 76 Tour. On est vraiment bien accueilli par Laurence dans sa très belle maison Art Déco, la chambre est spacieuse et confortable et le petit déjeuner bien bon. Une super bonne adresse, en plus très bien placée pour visiter Charleroi puisque la maison est située dans le centre-ville en face de la Tour Bleue (l’hôtel de police de Charleroi construit par l’architecte Jean Nouvel).

Où manger à Charleroi?

J’ai testé l’Atelier de la Manufacture Urbaine, une brasserie qui brasse sur place ses propres bières et propose également un restaurant servant de la bonne cuisine. Tout est frais et l’on peut savourer de délicieuses recettes traditionnelles de brasserie dans lesquelles la bière de la maison est bien souvent mise en valeur, le tout dans un cadre très sympathique, au milieu des immenses fûts de bière. Une très bonne adresse!

atelier-manufacture-urbaine-charleroi

Itinéraire sportif de 7 jours à l’est de la Wallonie

Voilà une seconde idée d’itinéraire sur la partie est de la Route Unesco entre Blégny et Ciney.

Jour 1 – Liège – Blégny – Aubel

De Liège à Blégny

Pour cette première étape, j’ai démarré à Liège où je suis arrivée en voiture la veille. L’occasion de visiter Liège si vous ne connaissez pas, c’est une ville que j’aime beaucoup! J’ai laissé la voiture sur l’immense Parking gratuit situé rue Glacis, sur les hauteurs de Liège, derrière le CHR de la Citadelle. Je vous avoue tout de suite que ce n’est pas idéal lorsque vous reviendrez depuis la gare car c’est à l’autre bout de la ville et que vous devrez certainement pousser votre vélo vu la pente pour rejoindre le parking, mais bon il est gratuit… Arrêtez-vous plutôt à la gare de Liège Saint-Lambert si vous le pouvez plutôt qu’à Liège-Guillemins, c’est plus proche et vous me maudirez moins pour cette idée de parking 😛

vue-liege-citadelle

Après une bonne nuit à Liège, en route pour pédaler! J’ai d’abord longé la Meuse via l’Eurovélo 19 pour rejoindre Blégny, où j’ai rejoint l’itinéraire de la Route Unesco. Cette partie est très facile, parfaite pour se mettre en jambes: on est au bord de la Meuse sur le Ravel, dans une ambiance assez industrielle mais qui reste agréable.

meuse-eurovelo-19

Je vous conseille de quitter la Meuse seulement au niveau de Visé plutôt que de passer par Hermalle-sous-Argenteau pour rejoindre Blégny, déjà parce qu’apparemment la pente est moins raide ensuite pour aller à Blégny mais aussi parce que vous y trouverez un café-vélo sympa: le Ravito à Visé. Il s’agit d’une boutique et atelier, qui propose aussi de prendre un café sur la grande table installée au coeur du magasin. L’accueil y est vraiment sympa!

cafe-velo-ravito-vise

Après Visé, le changement d’ambiance est total: on quitte l’atmosphère industrielle pour arriver dans des paysages de campagne vallonnée, avec des champs et des prairies. Les villes traversées sont aussi jolies: Visé puis Dalhem, qui me dépaysent directement avec leurs beaux bâtiments en briques!

Visite de Blégny-Mines, site Unesco

Arrivée à Blégny, me voilà officiellement sur la Route Unesco! Et cela commence fort avec un très beau site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco à visiter: Blégny-Mines. Blegny-Mines fait partie des sites miniers majeurs de Wallonie, avec le Grand Hornu, le Bois du Cazier et le Bois du Luc.

blegny-mines-route-unesco-velo

Blégny-Mines est une ancienne mine de charbon où l’on peut encore entrer dans les galeries creusées à l’époque. Une expérience vraiment intéressante, d’autant que la visite du site se fait sous la forme d’une visite guidée passionnante. Pendant environ 1h50, on découvre les différentes étapes de l’extraction du charbon et la vie très difficile des mineurs qui y travaillaient en visitant deux galeries (l’une à 30 mètres de profondeur, l’autre à 60 mètres) puis les installations de triage et de lavage. La durée de la visite peut sembler longue au premier abord, mais je vous assure que le temps passe en réalité très vite, déjà parce que lieu est impressionnant mais surtout car les explications sont vivantes, intéressantes, avec un aspect très humain. J’ai vraiment adoré! Attention, réservez bien votre visite et arrivez à l’heure car elles ont lieu uniquement à des horaires fixes.

En plus de la visite guidée, il est possible de monter sur le terril de la mine pour une petite balade à la découverte de son biotope. Je vous conseille de le faire, ce n’est pas bien long mais il est impressionnant de voir le sol noir du terril de plus près, d’observer la nature qui s’y est développée…et de se rendre compte que cette colline a été formée uniquement par les pierres extraites du sol et rejetées car n’étant pas du charbon! La vue sur les environs est également vraiment jolie, cela mérite d’y aller et même de faire l’effort de monter en haut de l’escalier situé en haut du terril.

Enfin, dernière étape de la visite, celle de l’exposition permanente. Je l’ai passée assez rapidement: une fois qu’on a eu la visite guidée, on a déjà eu énormément d’infos même si bien sûr on trouve encore des éléments supplémentaires lors de cette visite. Vous l’aurez compris, on passe facilement pas mal de temps pour la visite de Blégny-Mines: prévoyez une bonne demi-journée. Il est possible de se restaurer sur place, ce qui est pratique.

De Blégny à Aubel

Il faut ensuite revenir sur ses pas jusqu’à Dalhem, où l’on prend la direction d’Aubel. On a d’abord pas mal de passages sur route, mais aussi une très agréable piste cyclable ombragée où l’on passe littéralement dans un tunnel arboré! Magnifique…

Je vous conseille de vous arrêter à l’Abbaye cistercienne du Val Dieu, que je connaissais déjà pour y être passée lorsque j’avais parcouru le Pays de Herve à vélo. L’abbaye est magnifique et l’on peut parcourir librement son très beau parc (et réserver une visite guidée si l’on souhaite voir l’intérieur, qui vaut le coup aussi).

Faire une pause sur sa terrasse pour déguster une bière Val-Dieu accompagnée d’une gaufre à la cannelle est aussi une excellente idée! Le logement du jour étant situé juste à côté, on peut aisément pédaler après une petite bière (à consommer avec modération évidemment!).

Où dormir à Aubel?

Je peux vous conseiller deux hébergements puisque j’en ai testé un lors de ce séjour et un autre lors de mon précédent séjour au Pays de Herve. La Bel Echappée, (jeu de mot avec le nom du ruisseau Bel qui passe à proximité) tout d’abord, propose des gîtes vraiment beaux. Le lieu est plein de charme, je mettrais juste un bémol sur le petit déjeuner très moyen à mon sens. L’ambiance est aussi un peu froide car on ne croise personne, mais le lieu est confortable, très bien aménagé, avec une belle décoration. En prime, les vélos sont en sécurité. C’est donc une bonne adresse!

Dans une ambiance différente, je vous conseille aussi les chambres d’hôtes B&B O’Macra: une chambre d’hôtes magnifique installée dans une ancienne grange en briques totalement réaménagée, avec un dîner et petit déjeuner excellents et un accueil chaleureux. Là encore, les vélos sont à l’abri.

Pour le dîner, je suis allée dans le centre-ville d’Aubel au restaurant Raph Cook’s, où je me suis vraiment régalée. Cela valait le coup de reprendre le vélo pour faire les 3km entre le gîte et le restaurant, cela monte à l’aller… Mais on n’a quasiment pas besoin de pédaler au retour, ce qui n’est peut-être pas plus mal après le repas 😛

raph-cook-aubel

Jour 2 – Aubel – Raeren

Depuis la Bel Echappée, il est possible de rejoindre directement Aubel mais j’ai préféré rebrousser chemin pour revenir à l’Abbaye de Val Dieu et récupérer ainsi l’itinéraire de la Route Unesco. On commence par une portion de route, puis on récupère rapidement la ligne 38 du RAVeL au niveau de Froithier.

Détour par Clermont-sur-Berwinne

J’avais déjà parcouru cette partie de la ligne 38 lors de mon séjour à vélo dans le Pays de Herve et peux d’ailleurs vous recommander, si vous avez un peu de temps, d’emprunter la ligne 38 dans l’autre sens pour aller voir Clermont-sur-Berwinne, située à 3km. Un détour du coup de 6km qui vaut le coup puisqu’il s’agit d’un village classé parmi les Plus Beaux Villages de Wallonie!

clermont-berwinne

Visite de la Siroperie d’Aubel

Parmi les visites que j’avais faites, je peux aussi vous conseiller de vous arrêter visiter la Siroperie d’Aubel, qui fabrique du bon sirop de Liège (une sorte de pâte à tartiner très prisée en Wallonie, faite à base de jus de pommes et poires).

sirop-artisanal-aubel

Ligne 38 du RAVeL

La ligne 38 du RAVeL est un plaisir à parcourir: il s’agit d’une piste cyclable empruntant le tracé d’une ancienne voie ferrée arborée et ombragée: le bonheur, même par une chaude journée estivale!

Pause bière à Hombourg

A Hombourg, je vous conseille de faire un petit détour: quittez la ligne 38 pour rejoindre le centre du village, où vous pourrez visiter la Brasserie Grain d’orge (certains jours sur réservation) ou bien tout simplement aller boire une bière de la brasserie et manger un morceau au Pub Grain d’Orge. A noter, une épicerie fine est également adossée au pub, si vous souhaitez acheter quelques gourmandises…

Arrivée dans les Cantons de l’Est

Après être revenu sur la ligne 38, on emprunte la ligne 39 jusqu’à Plombières, où l’on prend la direction de La Calamine (Kelmis en Allemand). Vous verrez que d’un coup, tous les panneaux sont en allemand: c’est parce que l’on vient de pénétrer dans les Cantons de l’Est, zone détachée de l’Allemagne et rattachée à la Belgique en 1919 suite au Traité de Versailles. Les Cantons de l’est sont aujourd’hui encore germanophones.

On suit ensuite une piste cyclable agréable le long de la Gueule (la rivière), puis un chemin en gravier qui longe étang et passe en forêt, et enfin des petites routes. J’ai quitté l’itinéraire de la Route Unesco à Hergenrath car je voulais éviter l’accès à mon hôtel (situé en dehors de l’itinéraire) par une partie importante de route nationale: j’ai donc coupé par de plus petites routes.

Où dormir à Raeren?

Je n’ai pas à proprement parlé dormi à Raeren mais à Eynatten, qui fait partie de la commune de Raeren mais est un village différent situé à 3km. L’Hôtel Tychon  est un hôtel avec piscine qui ressemble un peu à un motel: les portes des chambres donnent vers l’extérieur. C’est plutôt sympathique et pratique pour faire sécher du linge, c’est juste un peu bruyant le matin car des voitures passent sur les graviers devant la chambre. Cela ne m’a pas vraiment dérangé car je me lève tôt, mais c’est bon à savoir. Il est possible de réserver un diner au restaurant de l’hôtel, un dîner simple mais bon! Enfin, les propriétaires sont très accueillants et il y a un garage pour les vélos.

Jour 3 – Raeren – Waimes

Pédaler sur la Vennbahn

Voici la plus longue étape de cet itinéraire, mais aussi certainement l’une des plus agréables. En effet, la totalité de la journée se déroule sur la ligne 48 du RAVeL, la Vennbahn. Il s’agit d’une ancienne ligne de chemin de fer (la ligne de chemin de fer des Fagnes) entièrement réaménagée en piste cyclable. Avec ses 124km, c’est l’une des plus longues voie vertes d’Europe! Elle relie Aix-la-Chapelle (Aachen) en Allemagne à Troisvierges au Luxembourg, en passant bien sûr par la Wallonie.

La Vennbahn présente aussi une particularité amusante: elle fait des incursions en Allemagne sur certaines portions situées près de la frontière belge. Toutefois, en vertu du Traité de Versailles, la voie ferrée ainsi que ses installations sont belges! Tant que vous restez sur la voie ferrée, vous êtes donc en Belgique, mais vous verrez que vous passez par l’Allemagne par moments.

Il est vraiment très agréable de pédaler sur cette route, qui passe au milieu de beaux paysages: une magnifique forêt, mais aussi des points de vue plus dégagés. La Vennbahn étant située en contrehaut, on profite de beaux panoramas! On passe notamment par les Hautes-Fagnes, ce qui m’a donné très envie de revenir dans le coin, peut-être pour randonner ou courir car les sentiers de rando semblent nombreux et les paysages superbes!

En prime, il y a des lieux sympas pour s’arrêter faire des pauses: on trouve des cafés dans d’anciennes gares, de nombreuses tables de pique-nique mais aussi des sortes de petites cahutes ressemblant à des wagons où il est possible de s’arrêter à l’abri.

Visite de Montjoie

La Vennbahn passe notamment tout près de Montjoie (Monschau), une ville allemande de la région de l’Eifel, dans le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Je n’ai pas résisté à l’envie d’y faire une pause car j’avais lu rapidement qu’elle possédait de belles maisons à colombages… Et en effet, je n’ai pas été déçue!

Son centre historique n’a pas été détruit durant la Seconde Guerre mondiale et la ville est magnifique: superbes maisons au bord de la rivière Rour, petites rues pavés charmantes, cafés accueillants… J’ai découvert que Montjoie était en fait une ville assez connue et donc très touristique, mais n’ai vraiment pas regretté d’y être allée, et ce malgré la grosse montée pour revenir ensuite sur la Vennbahn car la vile est située bien en contrebas 😉

Pause au Lac de Robertville

Durant cette journée, j’ai également fait une pause au Lac de Robertville, situé dans la commune de Waimes. Là encore, il est situé en contrebas de la Vennbahn, mais la pente est moins violente pour remonter que celle de Montjoie 😉 Entre mai et septembre, il est possible de se rendre à Robertville-les-Bains, une sorte de plage et centre de loisirs aquatiques proposant des trampolines, de la location de pédalos et barques, des plongeoirs… L’accès est payant mais on peut juste accéder à la terrasse pour prendre un verre sans devoir payer l’entrée, en tout cas lorsque j’y suis allée par une journée calme de semaine. Le lieu est agréable mais il y à mon avis pas mal de monde en période de vacances ou le week-end, cela doit être nettement moins serein!

Pas très loin, il est aussi possible de visiter le Château de Reinhardstein les week-ends ainsi que pendant les vacances scolaires belges et néerlandaises. Je ne l’ai pas visité car il était fermé le jour où je suis passée.

Où dormir à Waimes?

J’ai dormi à La Trouvaille, situé sur la commune de Waimes mais pas dans le centre, plutôt à proximité de Thirimont. Pour y accéder depuis l’itinéraire, il faut faire un détour comportant une belle montée puis descente (parfait pour vous achever après cette longue journée :-P) Cela étant dit, je n’ai pas regretté une seconde ce détour vu la qualité du lieu. Situées dans une belle bâtisse, les chambres d’hôtes sont très belles, avec des parties communes spacieuses et confortables, une superbe terrasse et un dîner à tomber digne d’un excellent restaurant. Vieille maison oblige, le point négatif est juste que l’insonorisation n’est pas très bonne, mais cela ne m’a au final pas empêchée de bien dormir. En prime, le couple à la tête du lieu est vraiment très gentil, on est bien accueilli!

Jour 4 – Waimes – Spa

Journée sur le RAVeL 45 et 44a

Voilà une journée plus courte et tout aussi plaisante, puisque l’itinéraire emprunte à nouveau une agréable piste cyclable: la ligne 45 du RAVeL puis la ligne 44a. Ambiance forêt, anciens ponts, gros rochers impressionnants… On est vraiment au calme et en majorité à l’ombre, c’est bien sympa! Le seul moment où l’on est moins au calme est lorsque l’on passe à proximité du circuit de Spa-Francorchamps, le circuit de Formule 1… Le bruit est impressionnant mais cela ne dure pas longtemps, heureusement 😉

Pause à Malmedy

Cette journée est l’occasion  de faire des pauses dans deux villes pour des visites. Malmédy, tout d’abord, qui est bien jolie et possède aussi un musée appelé Malmundarium. Il s’agit d’un musée possédant différents espaces dédiés à l’histoire et à la culture locale. L’histoire de Malmédy est intéressante et assez insolite, puisqu’il s’agissait d’une principauté avant d’être rattachée à la France, puis à la Prusse et enfin à la Belgique en 1920! En plus d’un espace dédié à cette histoire, le musée propose des espaces dédiés au carnaval, à la fabrication du papier et du cuir ainsi qu’au trésor de la cathédrale.

Visite de l’Abbaye de Stavelot

Après Malmédy, direction Stavelot, qui faisait aussi partie de la principauté avant d’être quant à elle rattachée à la France, aux Pays-Bas puis à la Belgique! L’abbaye qui était le siège de cette principauté de Malmédy et Stavelot existe encore aujourd’hui, même si elle a malheureusement en grande partie été détruite à la suite de la Révolution française, ce qui marqua d’ailleurs la fin de la principauté. On peut encore aujourd’hui observer les ruines de l’abbaye, mais aussi découvrir certains bâtiments monastiques qui ont été préservés.

Ces bâtiments abritent désormais un musée assez étonnant puisqu’il s’agit en fait plutôt de trois musées aux thématiques vraiment variées: l’un est en effet dédié à l’histoire de la principauté, l’autre au Circuit de Spa-Francorchamps et le dernier au poète Guillaume Appollinaire qui séjourna un été à Stavelot. Original!

Visite de Spa

Cette étape se termine dans la ville de Spa. J’y ai passé également toute la journée suivante, souhaitant profiter de mon passage pour vraiment avoir le temps de visiter cette ville mais aussi avoir une journée de repos sans vélo.

terrasses-spa-belgique

Jour 5 – Spa – Remouchamps

Entre chemins et petites routes

Voilà une étape très courte mais ne la sous-estimez pas trop, elle comporte une belle montée à la sortie de Winamplanche qui devrait bien vous faire monter le cardio 😉 Là encore, c’est une étape agréable, avec la traversée de jolis villages et de belles forêts.

velo-foret-wallonie
maison-wallonie
paysages-route-unesco

On trouve pas mal de chemins en graviers, voire avec des cailloux durant cette étape: elle est vraiment à ne pas faire en vélo de route, mais c’est sympa en VTC ou Gravel!

Visite des Grottes de Remouchamps

Il faut sortir de l’itinéraire de la Route Unesco et pas mal descendre, mais voilà une visite vraiment incontournable: les Grottes de Remouchamps, un joyau naturel classé au Patrimoine de Wallonie et surnommé “La Merveille des Merveilles”. Rien que ça! Il faut dire que cette grotte est vraiment superbe, j’en ai déjà visité plusieurs mais ai été impressionnée.

La visite se déroule en deux temps: on parcourt d’abord à pied les galeries souterraines de la grotte durant 800 mètres, avec des panneaux explicatifs réguliers. Ensuite, c’est sur une barque que la visite se poursuit sur l’unique rivière souterraine navigable de Belgique, le Rubicon. En compagnie d’un guide, on glisse sur l’eau et l’on découvre la grotte encore différemment, dans une atmosphère qui semble assez magique et irréelle. Vraiment spectaculaire!

grotte-remouchamps

Où dormir à Remouchamps?

J’ai logé à l’hôtel R experience, un hôtel 4 étoiles situé au pied de la célèbre Côte de la Redoute dont je vous parlerai juste après. Il s’agit d’un hôtel très moderne et luxueux avec des chambres très confortables possédant aussi un espace wellness. Arrivée assez tôt, j’ai pu bien en profiter! Le buffet de petit déjeuner est aussi impressionnant et excellent.

hotel-r-experience-remouchamps
petit-dejeuner-hotel-r-experience

Jour 6 – Remouchamps – Durbuy

La célèbre Côte de la Redoute

Aujourd’hui, grimpette au programme! En partant de l’hôtel R experience, on n’a pas vraiment le temps de s’échauffer puisqu’on arrive directement au pied de la Côte de la Redoute. Celle-ci n’est pas sur l’itinéraire de la Route Unesco mais, si vous êtes descendu pour voir les Grottes de Remouchamps, il vous faudra de toutes façons remonter… Alors autant passer par cette côte mythique, non? 😉

cote-redoute-wallonie

La Côte de la Redoute fait partie de la course cycliste Liège – Bastogne – Liège. Elle n’est pas longue (2km) mais bien raide, avec 8,8% de pente moyenne et une pente maximale à 16,6%! Les amateurs apprécieront… C’est pentu! Cela commence gentiment au départ mais la difficulté augmente au fur et à mesure. Je n’étais pas sûre d’y arriver avec mon gravel chargé, mais c’est au final passé, avec une bonne suée et des passages en danseuse 😉 Sympa de l’avoir fait!

velo-cote-redoute
panorama-cote-redoute

Des paysages variés

Cette étape est particulièrement variée en terme de paysage, je crois que l’on passe sur à peu près tous types de terrains dans la même journée: du bitume, des chemins dans l’herbe au milieu des champs, des graviers, quelques chemins plus pierreux et même quelques pavés histoire de ne pas oublier quelle sensation cela fait!  Après la Côte de la Redoute, on emprunte de jolis chemins avec de beaux panoramas sur la campagne environnante.

velo-champs
wallonie-vaches

Ensuite, on descend pour rejoindre l’Ourthe et le RAVeL de l’Ourthe. Changement d’ambiance total, on roule essentiellement au bord de l’eau, quittant parfois la rivière pour la retrouver un peu plus loin. C’est vraiment ravissant et il y règne une atmosphère de vacances.

reflets-ourthe
maison-bord-ourthe

Deux endroits à signaler, un passage sur route nationale à la sortie de Hamoir et jusqu’à Spy car il n’y a pas (encore) de piste cyclable, mais heureusement c’est assez rapide. Puis en approchant de Durbuy au bord de l’Ourthe, le sentier est super sympa car il passe vraiment dans les champs, sur de petits sentiers de terre étroits, mais il faut vraiment avoir un VTC ou un gravel 😉

ourthe-velo
ourthe-durbuy

Visite de Durbuy

Durbuy est un ravissant village situé au bord de l’Ourthe, qui possède le titre de “Plus petite ville du Monde”. Etonnant, non? Cela vient du fait qu’elle possédait le statut de ville tout en étant seulement une enclave de 2 hectares entourée de remparts! Bien que les remparts aient aujourd’hui disparu, il est très agréable de déambuler dans ses ruelles pavées en contemplant ses magnifiques édifices médiévaux et son château. Durbuy fait d’ailleurs partie des Plus Beaux Villages de Wallonie. 

Même si (bien sûr!) la ville est toute petite, j’ai vraiment apprécie de flâner dans ses ruelles sinueuses en admirant les façades bien préservées de ses maisons en pierre. Durbuy dégage une atmosphère pittoresque pleine de charme! Pour en profiter pleinement, il est préférable à mon avis de la visiter en semaine plutôt que le week-end, car Durbuy est en revanche très touristique.

durbuy-wallonie
durbuy-statue
durbuy-rue
durbuy-plus-beau-village-wallonie
durbuy-cafe
anticlinal-durbuy

Ne passez pas non plus à côté de l’étonnant remarquable Rocher Anticlinal et du Parc des Topiaires. Je l’ai découvert à cette occasion, l’art topiaire est l’art de tailler et de sculpter les plantes pour créer des formes et des motifs spécifiques. Entre jardinage et créativité artistique, j’ai vraiment été impressionnée par le parc qui constitue un lieu de promenade vraiment agréable.

Où dormir et manger à Durbuy?

J’ai logé à l’Hôtel Victoria de Durbuy, situé dans une bâtisse ancienne pleine de charme au coeur du village et qui offre un très bon rapport qualité-prix. La chambre était confortable (juste un peu chaude, il faut dire que la température extérieure était particulièrement élevée), le petit déjeuner excellent et le dîner très bon également. Une très bonne adresse!

hotel-victoria-durbuy
restaurant-hotel-victoria-durbuy

J’ai aussi testé le restaurant C’est de la Faute de Maman, qui fait à la fois restaurant et brocante et propose une cuisine à partir de produits frais et locaux. Bon et avec une jolie terrasse!

burger-faute-maman-durbuy

Jour 7 – Durbuy – Ciney (42km, 485m D+)

Et voilà, c’est le dernier jour de cet itinéraire sur la route Unesco à vélo!

Entre champs et RAVeL

Depuis le centre de Durbuy, on commence par une sacrée montée (mais on a l’habitude des grimpettes matinales arrivé à ce stade!), puis on pédale sur de petites routes au milieu des champs. Ambiance vallonnée et champêtre au programme!

On rejoint ensuite la ligne 126 du RAVeL, où l’on retrouve la fraîcheur apportée par l’ombre des arbres et un profil plat. Cela ne fait pas de mal non plus 😉

ligne-126-ravel

Pause à la chocolaterie Sigoji à Ciney

Pour finir en beauté ce séjour à vélo en Wallonie, j’ai fait une pause à la Chocolaterie Sigoji à Ciney. Il s’agit d’une chocolaterie artisanale ayant remporté plusieurs prix mais qui a aussi une très belle démarche. J’ai eu la chance de rencontrer Euphrasie Mbamba, sa créatrice. En plus de la confection de délicieux chocolats (évidemment j’ai goûté!), elle a décidé de poursuivre l’héritage familial en reprenant avec des membres de sa famille la plantation de cacaoyers de son grand-père, située au Cameroun, afin d’offrir des conditions de vie et de travail confortables aux travailleurs.

euphrasie-mbamba-sigoji
chocolaterie-sigoji
velo-chocolaterie-sigoji

Et après?

Arrivée à Ciney, j’ai pris un train avec mon vélo pour Namur (30min) puis pour Liège (50min) où j’ai retrouvé ma voiture. Si vous avez le temps et ne connaissez pas ces villes, cela vaut le coup de prendre une ou deux journées pour les visiter! Voici mes articles sur la visite de Namur et sur la visite de Liège pour vous guider 🙂

Vous pouvez aussi continuer l’itinéraire de la Route Unesco à vélo en passant par Dinant puis Charleroi… Puis pourquoi pas les autres étapes, dont je parle dans la première partie de cet article (dans le sens inverse du coup). Autre option une fois à Dinant, poursuivre avec la Meuse à vélo jusqu’à Namur puis Huy…Il y a vraiment plein d’options possibles pour le cyclotourisme dans le coin!

Ce voyage a été réalisé dans le cadre d’une collaboration commerciale rémunérée avec Wallonie Tourisme. Comme toujours, tous les choix éditoriaux et les opinions exprimées dans cet article me sont propres (pour être claire: je n’ai pas été obligée de parler des lieux et adresses dont je parle!). Cet article contient des liens d’affiliation. Si vous réservez via ces liens, je recevrai une petite commission mais vous ne paierez pas plus cher. Merci d’avance, cela m’aide à continuer ce blog! 🙂