0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5, rated)
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (No Ratings Yet)
Loading...

3 jours de randonnée sur la voie d’Arles – De Lescar à Sarrance

Mis à jour le 14/02/2019 | Nouvelle Aquitaine | 0 commentaires

Cette semaine, en route pour des vacances mère-fille dans le Sud-Ouest de la France ! Le planning est le suivant : le premier jour, nous visitons Pau puis nous rendons à Lescar, village de la banlieue de Pau où passe la Voie d’Arles, l’un des chemins de St jacques de Compostelle. Les trois jours suivants, nous partons randonner à pied sur le chemin ! Un tout petit tronçon, donc, mais déjà bien pour débuter !

Jour 0 – Visite de Pau

Nous prenons un train assez tôt pour arriver à Pau pour le déjeuner. De Paris, cela met tout de même environ 5h. Petite anecdote dans le train, la SNCF nous fait vivre un célèbre sketch de Laspalès et Chevallier. Le conducteur oublie de s’arrêter à Poitiers, tout simplement….Imaginez la tête des gens dans le train/sur le quai qui voient la gare/le train passer à toute allure devant eux ! Plutôt drôle (enfin surtout quand on ne descendait pas à Poitiers je suppose).En arrivant à Pau, le temps est superbe et la vue sur les Pyrénées très belle, bien qu’un peu dans la brume. En nous promenant dans les rues, je suis d’abord un peu déçue car les façades, bien que jolies, me semblent souvent noircies, et les volets écaillés. Toutefois, ce n’est pas le cas partout : autour du château et du palais de justice, les rues sont vraiment charmantes.  Beaucoup de petites rues pavées piétonnes, de beaux bâtiments, des petites boutiques et restaurants…

pau-centre-ville

pau-centre-ville

pau-centre-ville

pau-centre-ville

Nous visitons le château de Pau, où se trouve notamment la carapace de tortue qui aurait servi de berceau à Henri IV, afin de lui apporter force et longévité…

pau-chateau

pau-carapace-tortue-chateau

En fin de journée, nous prenons le bus pour Lescar. Je ne sais pas quel est le problème des conducteurs ce jour là, mais le premier bus (que nous avions déjà attendu 1/2h) nous file devant sans s’arrêter…! En arrivant, l’office de tourisme est  fermé mais il y a un numéro de téléphone à appeler. Aristide, un accueillant, nous explique comment nous rendre au refuge, qui est tout près.

Après quelques courses dans la supérette locale, nous voici arrivées. Le gîte est très confortable : une grande pièce à vivre, 2 dortoirs, 2 salles de bain et une cuisine dans laquelle de nombreux produits de base sont mis à disposition. Sympa!

gite-lescar-compostelle

Nous sommes accueillies par Lucie, partie de Toulouse et qui marche depuis 10 jours.  Nous dînons toutes les trois sur la terrasse, au soleil, devant un joli petit champ. Le Chemin commence bien !

gite-lescar-compostelle

Jour 1 – De Lescar à Lacommande

Ce matin, en route pour un petit bout du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle! Notre première étape étant courte (12km), nous nous réveillons à 8h et décidons de visiter Lescar avant de partir. Lescar est un petit village situé en hauteur, qui possède une belle cathédrale , de belles maisons, des restes des remparts…vraiment joli!

presbytere-lescar

La cathédrale possède plusieurs éléments notables, notamment une mosaïque représentant des scènes de chasse et datant du XIIIe siècle et la tombe abritant certains rois de Navarre (Henri II d’Albret et Marguerite d’Angoulême entre autres).

La cathédrale possède aussi une statue de St Jacques de Compostelle, acquise assez récemment.

Après cette petite visite, c’est vraiment parti! Nous traversons rapidement des paysages sympas.

Après 1h30 de marche, nous voici à Artiguelouve.

Eglise_Artiguelouve

Notre guide indique la présence d’un supermarché, où nous espérons pouvoir acheter de quoi déjeuner. Renseignements pris auprès de la mairie, celui-ci a fermé définitivement il y a quelques mois…Heureusement, nous trouvons un petit restaurant très agréable, avec une belle terrasse ombragée, et une ambiance champêtre à souhait!

restaurant-artiguelouve

Nous repartons ensuite vers Lacommande, où nous arrivons 2h plus tard, après une marche exempte de difficultés car courte sur un relief plutôt plat. Plutôt bien pour une première étape, car je n’ai jamais marché avec un vrai sac à dos (environ 8kg), et cela change complètement la donne! Mes épaules commencent déjà à se demander ce qui leur arrive…!

Le paysage est assez varié: vignobles (nous sommes sur le terroir du Jurançon), forêts, champ, rivières,…


Lacommande est un petit village charmant qui possède une église et une ancienne commanderie, le gîte se trouvant dans les communs de celui-ci. Environnement très agréable, donc!


Le gîte est moins grand que celui de Lescar, mais est très bien également. Nous sommes plus nombreux qu’hier: 8 personnes ce soir.

Il n’y a pas de supermarché à Lacommande, mais le gîte comporte une épicerie de secours qui nous est bien utile (vive les pâtes!), car nous n’avons rien à manger puisque nous comptions sur le supermarché d’Artiguelouve. Il y a également dans le village la maison des vins du Jurançon, qui propose des produits locaux en plus de vendre du vin. Nous achetons du jambon et en profitons pour déguster un délicieux Jurançon…

Nous prenons un petit apéritif à base de Jurançon/ fromage et jambon locaux avec un couple de Bruxelles, puis dînons avec eux et une famille de quatre personnes. Encore une fois très sympa! Petit détail, il commence à pleuvoir sérieusement…Un orage est prévu pour la nuit, et de la pluie pour le lendemain. L’accueillante nous recommande de prendre le route en cas de trop forte pluie, les passages dans la forêt pouvant être très glissants…Bon, on verra demain, en attendant on se couche tôt car le réveil sera à 5h 30!

Jour 2 – De Lacommande à Oloron Sainte-Marie

Le réveil sonne à 5h30. Nous avons de la route à faire sur une étape réputée difficile. Il y a eu de l’orage cette nuit, mais il ne pleut pas lorsque nous nous levons…Profitons en! Nous décidons de tenter de passer par la forêt, même si cela sera certainement glissant. La perspective de marcher 18km le long d’une route nous rebute trop. Nous nous mettons en route vers 6h30 et….il commence à pleuvoir environ 3 minutes après que nous soyons parties!

La pluie ne s’arrêtera pas de toute l’étape. Elle ressemble à une bonne petite pluie bretonne: très fine, mais très drue également…Il y a de la brume, le jour se lève: cela donne une atmosphère vraiment particulière pour marcher. Nous arrivons très vite dans la forêt, qui présente l’avantage de nous protéger un peu de la pluie…et de nous permettre de croiser un chevreuil! Nous apercevons dans les arbres des palombières, sortes de cabanes construites pour pratiquer la chasse à la palombe.

Très vite, cela commence à monter: pas évident alors que nos corps ne sont pas encore totalement réveillés! Ils vont cependant rapidement se mettre en route: l’étape consistera en une série de montagnes russes: nous montons et descendons en permanence, sur un terrain souvent glissant! Maman en fera les frais, en se retrouvant soudainement assise dans une boue bien épaisse et collante (le terrain est très argileux!).

Heureusement, il y a des compensations: les paysages sont très beaux. Beaucoup de forêts bien touffues, d’immenses champs de maïs (il semble y en avoir beaucoup dans le Béarn), des passages sur les crêtes des collines avec des vues très jolies sur les vallées environnantes, et même sur les Pyrénées. Les cloches des vaches résonnant au loin commencent à nous donner l’impression d’être à la montagne.


Au bout de 5h30 de marche sous une pluie continue, nous arrivons à Oloron Sainte-Marie. Quelle joie d’arriver au refuge, de pouvoir prendre une douche et mettre des vêtements secs! Le Relais du Bastet est très grand, propre, confortable, et nous avons une chambre pour 2 (le luxe!). Toutefois je le trouve un peu moins chaleureux que les précédents. Peut être est ce simplement car il est plus grand. Une fois sèches, nous allons déjeuner dans une brasserie à côté: je crois que j’ai rarement autant apprécié un steak-frites!

relais-bastet-gite-oloron

Notre après-midi sera très tranquille: lecture, sieste, petite visite de la ville et courses pour le dîner, que nous partageons avec la même famille que la veille et un Québecquois qui revient de St Jacques et se rend à Lourdes.

Jour 3 – D’Oloron Sainte-Marie à Sarrance

Nous partons du gîte vers 8h. L’étape est plus longue que les précédentes (24km), mais le dénivelé est bien moindre qu’hier. Ouf! Nous commençons par traverser les différents quartiers d’Oloron, qui possède une très belle cathédrale.

Cathedrale_Oloron

Rapidement, nous arrivons dans les hauteurs: encore de belles vues à admirer!

Nous cheminons ensuite entre petites routes de campagnes et chemins forestiers. Une fois encore, la pluie de la veille a rendu les sols très glissants: nous sommes donc contraintes de marcher très lentement pour tenter de garder l’équilibre!

Les petits villages que nous traversons sont adorables: Eysus, tout d’abord, puis Saint Christau et Lurbes Saint Christau.



Nous faisons une pause à Lurbes pour pique-niquer, sur un petit banc au milieu des champs et des montagnes. Cela fait du bien de poser le sac! L’étape n’est pas spécialement dure, mais c’est le 3e jour, et nos muscles sont un peu fatigués. Le pire n’est pas les jambes en ce qui me concerne mais les épaules, qui sont bien douloureuses… Maman a quant à elle une douleur assez forte au tendon d’Achille. Heureusement, un comprimé de Voltarène calmera la douleur et lui permettra de finir l’étape sans trop souffrir! Nous reprenons notre route sur d’adorables chemins.


Nous traversons le petit village montagnard d’Escot, coincé entre deux montagnes pyrénéennes et qui délimitait jadis la frontière entre le Béarn et la vallée d’Aspe. Escot est décoré de figurines représentant les fables de La Fontaine: plutôt amusant!

Peu à peu, nous nous rapprochons donc des montagnes. Elles paraissaient pourtant si lointaines il y a quelques heures! L’ambiance change progressivement: vaches et leurs cloches, moutons, chiens de bergers, torrents de montagne: nous y sommes vraiment!




Le dernier chemin que nous empruntons est à flanc de coteau et surplombe le gave d’Aspe. La vue est donc superbe, mais la route parfois un peu effrayante. Les passages sont étroits et parfois un peu difficiles. Nous sommes par exemple obligées à un moment donné de passer à 4 pattes sur un tronc d’arbre!


Après 7h30 de marche (nous avons été considérablement ralenties par l’état boueux des routes!), nous voici arrivées à Sarrance, petit village (180 habitants) dont je tombe rapidement amoureuse. Traversé par le gave d’Aspe, il est situé au milieu des montagnes et possèdes des maisons et petites ruelles vraiment mignonnes.

Et surtout…Sarrance possède un superbe monastère où nous avons la chance d’être accueillies, le refuge étant situé dans une partie de celui-ci. Le monastère est très grand et possède un cloître superbe.


Le Père Joseph nous montre les lieux. Il est tout seul pour s’occuper non seulement de plusieurs paroisses, mais aussi de cette immense bâtisse, et des 17 ha de terrains appartenant au monastère…Impressionnant, surtout qu’il y a beaucoup à faire dans un vieux bâtiment comme celui-ci. Il est adorable et plein d’humour et nous nous sentons rapidement comme chez nous!Nous rencontrons ensuite Denise et René, un couple ayant déjà fait le chemin de St Jacques de Compostelle cinq fois (respect!) et venus aider le Père Joseph dans l’accueil des pèlerins pendant une dizaine de jours. Ils sont très gentils également et il est passionnant de les écouter raconter leurs expériences. Enfin, la famille que nous retrouvons le soir arrive également, ainsi qu’un couple.

Accolée au monastère se trouve la cathédrale Notre Dame de Sarrance, très belle cathédrale de style baroque.


Sarrance possède une légende, dont je vous livre ici le récit fait par le Larousse: « Jadis le val de Sarrance n’était fréquenté que par des bergers de Bedous. L’un deux s’aperçut qu’un de ses taureaux disparaissait pour revenir plus beau et plus fort. Il le suivit et le surprit à genoux sur une pierre, près du gave. Un pêcheur passant par là, les deux hommes s’approchèrent : une petite statue de la Vierge émergeait d’une source. Dénommée la source du Taureau, elle fut bientôt visitée par tous les Aspois. Le curé de Bedous, l’évêque d’Oloron vinrent à leur tour admirer la statue et le prélat la fit transporter dans sa cathédrale pour lui donner meilleur asile. Mais elle disparut et on la retrouva à Sarrance près de la source. Alors, on lui érigea un oratoire. Des hommes impies l’ayant volée et jetée dans le gouffre sous le pont du gave, elle remonta à la surface et revint dans sa chapelle. Dès lors elle connut la paix et la dévotion des fidèles ». Ceci explique les tableaux que l’on trouve à l’intérieur de la cathédrale.

Il est d’usage de toucher la statue avant de prendre la route.

Pour nous, le chemin s’arrête pour cette fois-ci. Mais ces quelques jours ont vraiment été merveilleux: une coupure totale du quotidien, des paysages superbes, des gens chaleureux… Beaucoup disent que l’on prend le virus du chemin en le commençant. En effet, nous ne rêvons que d’une chose: repartir de Sarrance pour continuer! Nous avons donc un petit pincement au coeur lorsque les autres se remettent en route le lendemain matin….Nous prenons une photo de groupe puis profitons du temps que nous avons avant notre bus pour donner un petit coup de main dans le ménage du monastère avant de partir: un tel endroit mérite tellement de rester en vie!

Au revoir, Sarrance, au revoir, Chemin de St Jacques de Compostelle, nous reviendrons…

Mon assureur: Chapka

Mon assureur: Chapka

 

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This