Vélodyssée – Mon guide pratique

Mise à jour le 02/04/2024
velodyssee

La Vélodyssée est un itinéraire cyclable de 1 200km longeant la Côte Atlantique, allant du nord au sud de Roscoff à Hendaye. Il s'agit de la partie française de l'Eurovélo 1 (aussi appelée Atlantic Coast Route) qui relie la Norvège au Portugal. C'est un itinéraire de cyclotourisme en France à la fois beau et facile, ce qui le rend parfait pour un premier voyage à vélo. Voici mon guide pratique avec toutes les infos pour préparer votre voyage à vélo.

Laurène Philippot
Laurène
Laurène est la créatrice du blog, où elle partage ses découvertes depuis 2011. City break, voyages à vélo, randonnées... Elle a toujours de nouvelles idées d'escapades!

Combien de temps pour la Vélodyssée?

Nous avons choisi de parcourir la Vélodyssée durant 3 semaines, de Redon à Hendaye, en faisant en moyenne 60km par jour. Pourquoi ne pas avoir fait la totalité de l’itinéraire, alors que nous en avons fait la grande majorité (1050km au compteur de Redon à Hendaye)? Parce que nous ne pouvions pas prendre plus de jours de vacances mais souhaitions prendre notre temps, pour profiter au max du parcours et nous octroyer des journées de pause pour voir des amis ici et là.

port-chateau-pornic
velodyssee

Paysages et points d’intérêt de la Vélodyssée – Mon avis

Au départ de Redon, la Vélodyssée emprunte d’abord le Canal de Nantes à Brest, traverse la Loire puis longe la côte atlantique: on passe par la Bretagne, la Loire-Atlantique, la Vendée, la Charente, la Gironde, les Landes et le Pays Basque… Autant dire que l’on voit du pays!

Les paysages traversés sont globalement beaux et j’ai apprécié de voir progressivement le paysage, la végétation et les habitations changer au fil des kilomètres. De plus, l’itinéraire traverse de nombreuses villes et villages intéressants ainsi que des stations balnéaires qui permettent de faire des pauses agréables, même s’il faut parfois faire de bons détours pour en voir certains (il faut juste bien le planifier lorsque vous préparez votre itinéraire). Autre gros avantage, qui dit mer dit… baignade! Pouvoir se baigner en cours de route est vraiment sympa.

Le détail dépend ensuite de chacune des étapes: j’ai eu de gros coups de coeur pour certaines, je n’ai pas apprécié certaines autres mais en synthèse j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir durant tout le parcours.

Si je devais citer des points négatifs, je dirais que certaines étapes ont un côté assez répétitif (les grandes lignes droites de Gironde par exemple, et non des Landes comme on pourrait le penser au premier abord: je n’ai pas trouvé les Landes ennuyeuses, ils ont eu la bonne idée de tracer des pistes cyclables qui sillonnent souvent entre les arbres au lieu d’aller tout droit!), que certaines autres passent par des pistes cyclables collées à la route (ce qui n’est pas franchement bucolique) et que, d’une manière générale, je m’attendais à longer encore davantage l’océan.

En Gironde et dans les Landes, on est par exemple quasi tout le temps en forêt (ce qui est bien aussi!). On n’est pas loin de la mer en général, mais on n’a pas toujours de vue sur l’océan et il y a souvent des dunes entre la piste cyclable et l’océan: s’il on souhaite aller se baigner, il faudra faire un effort en plus, et accepter de laisser son vélo un peu loin, ce dont je ne suis pas toujours fan 😉

Difficulté de la Vélodyssée (Eurovélo 1)

La Vélodyssée est globalement vraiment bien faite et facile: peu de dénivelé (sauf au Pays Basque!), une très grande majorité de pistes cyclables et des panneaux un peu partout. Le site de la Vélodyssée aide bien à s’organiser, par contre je n’ai pas toujours trouvé pertinent leur classement de la difficulté des étapes. C’est un peu pareil avec le guide La Vélodyssée édité par Le Routard (que j’ai d’ailleurs trouvé assez inutile au final).

Dénivelé

Je ne peux pas vous parler de la partie bretonne entre Roscoff et Redon que je n’ai pas testée, mais sinon le parcours de la Vélodyssée est globalement assez plat, à l’exception de la partie située dans le Pays Basque qui est vraiment vallonnée. Il y a peu de dénivelé, ou alors de façon très ponctuelle et raisonnable. Attention, je ne vous dis pas qu’il n’y a pas de montées du tout, mais juste que globalement cela reste très accessible. C’est d’ailleurs ce qui fait de la Vélodyssée un parcours accessible à tous. Nous avons d’ailleurs croisé en cours de route de nombreuses familles avec enfants qui semblaient tout aussi ravis que nous de l’itinéraire.

velodyssee-pays-basque
maison-eclusiere-canal-nantes-brest

Balisage de la véloroute

Cela étant dit, le balisage n’est pas non plus parfait et je vous conseille d’avoir avec vous une vraie carte détaillée (pas celle du Routard sur la Vélodyssée quoi) ou un GPS permettant de suivre la trace GPX pour éviter quelques moments d’agacement. Le balisage est plus ou moins bien fait selon les départements: dans certains, vous pouvez le suivre très facilement. Dans d’autres, il semble qu’il y ait eu une économie sur les panneaux et c’est à s’arracher les cheveux.

Je suis pour ma part équipée d’un GPS et n’ai donc eu aucun souci: j’ai simplement suivi la trace (que l’on récupère sur le site de la Vélodyssée) vraiment facilement, c’était top! Mais je prêtais quand même attention aux panneaux pour pouvoir partager mon expérience avec vous et ai aussi demandé leur avis aux cyclotouristes que je croisais. Par endroits, certains étaient vraiment agacés car ils n’avaient que le guide du Routard de la Vélodyssée  et passaient leur temps à chercher leur chemin du fait d’un balisage approximatif. Ceci est d’autant plus vrai dans les passages dans les villes, car sinon dès que l’on est sorti c’est en général très facile: globalement, c’est tout droit 😉

signalisation-velodyssee
arrivee-hendaye-velodyssee

Pistes cyclables, routes et revêtement

La Vélodyssée est constituée de pistes cyclables à 70%: c’est vraiment agréable, on est très peu sur la route avec les voitures. Les seuls moments sur route sont sur des portions assez courtes ou lors des traversées de villes, ou encore sur la dernière partie de l’itinéraire au Pays basque (mais la vue est tellement belle à cet endroit que cela compense totalement!). C’est vraiment l’un des points que j’ai adoré sur la Vélodyssée, nous étions quasiment tout le temps en site propre, à l’abri de la circulation.

Certaines portions sont particulièrement agréables car les pistes cyclables sont loin de la route, d’autres le sont moins car elles se contentent de longer la route et on a donc le bruit des voitures… mais au moins on est protégé! Je vous parle en détail de chaque étape plus bas dans cet article. Dans tous les cas, il s’agit de vraies pistes cyclables revêtues, à l’exception du début le long du canal de Nantes à Brest, avec ses chemins blancs de petits cailloux. L’état des pistes est globalement bon, à quelques exceptions près.

Préparer son voyage sur la Vélodyssée

Je vous invite à lire l’article que nous avons écrit sur le blog avec nos 6 conseils pour préparer sa randonnée à vélo.

velodyssee-landes
velodyssee-gironde

Kilométrage journalier

Déterminer combien de kilomètres en moyenne nous voulions faire par jour afin de décider des différentes étapes de notre itinéraire nous a pris un peu de temps. Au final, nous avons vraiment été satisfaits de ce que nous avions prévu. Ceci est dit sans fierté particulière mais il faut croire que les longues discussions sur les kilomètres à parcourir par jour, les journées de coupure et le choix de l’itinéraire ont porté leurs fruits: pour nous, notre itinéraire était parfait (je dis bien pour nous, cela reste bien sûr totalement subjectif!). Avec nos 60km par jour de moyenne et plusieurs jours de coupure, nous avons vraiment eu un bon équilibre entre vélo et temps de pause/visites et n’avons pas souffert de fatigue physique.

Organisation d’une journée de vélo sur la Vélodyssée

Trouver son rythme

Là encore, c’est à chacun de trouver le rythme qui lui convient. De mon côté, je suis plutôt matinale et n’aime pas trop les grosses chaleurs. Nous aimions bien partir tôt, bien pédaler le matin, faire une pause café en cours de route pour profiter d’un endroit sympa sur la route, pédaler à nouveau, s’arrêter déjeuner dans un autre endroit sympa et ne plus avoir à faire que la fin de l’étape l’après-midi. Nous arrivions ainsi en milieu d’après-midi à notre étape, ce qui nous laissait le temps de nous promener, aller nous baigner, etc…

Ceci est bien sûr une trame qui dépend beaucoup de l’étape de la journée, mais cela nous convenait globalement bien. Les quelques fois où nous avons commencé à pédaler plus tard, nous avons aussi trouvé que notre corps supportait moins bien la chaleur et que nous en souffrions nettement plus (notre théorie est qu’en partant tôt notre corps s’habituait progressivement à la chaleur montante… Mais ceci est notre théorie, on n’en sait rien en fait :-P).

Où acheter de la nourriture?

Il est très facile de trouver de quoi se nourrir le long du parcours: on est dans une zone qui est quand même assez peuplée en général, avec de nombreuses stations balnéaires, et il y a des supermarchés, supérettes et restaurants régulièrement. En fonction des étapes, je vous conseille tout de même de faire le point avant de partir des endroits où vous pourrez vous arrêter. Déjà, parce que vous en croiserez peu lors de certaines étapes. Mais aussi parce que la Vélodyssée contourne assez souvent les villes: il faut donc prévoir de faire un petit détour si vous souhaitez vous y arrêter pour acheter de quoi vous sustenter. Nous avons le plus souvent pique-niqué le midi, et alternions entre restaurants et pique-nique le soir. Il faut dire que la météo était globalement clémente, nous étions donc ravis de nous installer quelque part en extérieur pour pique-niquer!

cafe-sable-olonnes
biarritz-velo

Où dormir?

Toutes les options sont possibles: camping, chambres d’hôtes et hôtels. Après une grande hésitation, nous avons opté pour l’option confortable en ne dormant que dans de petits hôtels, chambres d’hôtes et AirBnB et en renonçant totalement au camping. Cette formule est bien sûr moins économique mais voici ce qui nous a fait nous décider:

  • Nettement moins de fatigue en dormant dans un vrai lit, en n’ayant pas à monter/démonter une tente tous les jours et en ayant moins de bruit qu’au camping (cela change tout, j’avoue avoir apprécié! Je vieillis…!)
  • Notre tente est morte et en racheter une est un investissement… Au vu des prix très excessifs des campings sur la partie sud de la côte (50€ la nuit pour une tente, véridique!) et des prix corrects des hôtels que nous avons trouvé, nous avons jugé la différence de prix raisonnable comparativement au niveau de confort supplémentaire
  • Difficulté à trouver des campings à certains endroits: non seulement ils sont chers, mais certains ne veulent tout simplement pas de tentes et il n’est donc pas si facile que ça d’en trouver

Nous n’avons au final vraiment pas regretté et avons apprécié le confort des hôtels. Attention, si l’on fait la Vélodyssée en été, il faut en revanche penser à réserver ses logements au préalable, ce qui diminue nettement la flexibilité que l’on a sur le parcours. Les hôtels sur la côte en période estivale sont très prisés et affichent souvent complets… Nous avons croisé des cyclotouristes nous disant qu’ils avaient beaucoup de mal chaque jour à en trouver un sans réservation préalable. La flexibilité a un prix, celui de potentiellement passer quelques heures à chercher un hôtel et s’y rendre (à vélo, les distances ne sont quand même pas les mêmes qu’en voiture!). Personnellement; je préfère réserver en avance et me débarrasser de cette corvée!

Liste de nos hôtels sur la Vélodyssée

Nous avons choisi tous nos logements par rapport à leur emplacement directement sur la Vélodyssée (ou très proche) ainsi que la faculté de garer les vélos dans des endroits sécurisés. Voici la liste de tous les hôtels réservés:

Vélos et sacoches

Je vous invite déjà à lire cet article avec plein de conseils pour préparer votre randonnée à vélo ainsi que celui-ci sur le choix des sacoches de vélo.

Quel vélo?

Voilà des questions qui m’ont souvent été posées: avec quel vélo faire la Vélodyssée et quel matériel emporter? Pour les vélos, nous avons acheté il y a quelques temps des vélos de trekking (vélos de randonnée) qui sont des VTC particulièrement adaptés aux voyages à vélo. Ils sont assez basiques mais solides, ce qui permet de mettre du poids dessus sans crainte que le cadre ne se déforme. Nous avons opté pour le modèle T-100 de la marque allemande VSF – Fahrradmanufaktur, une des marques les plus plébiscitées par les voyageurs à vélo. Nous n’avons pas regretté une seconde, nous sommes ravis de nos vélos!

velos-vsf-velodyssee
corbie-somme-velo

Sacoches et équipement

Pour les sacoches, nous avons opté pour des sacoches Ortlieb, que nous avions déjà eu l’occasion de tester lorsque nous avions loué des vélos avant d’avoir les nôtres. Elles sont solides et parfaitement imperméables, là encore nous ne regrettons pas notre choix. Nous avions chacun deux sacoches arrière Ortlieb Back Roller Plus ainsi qu’une sacoche de de guidon, c’est tout. Pas besoin de plus dans notre cas puisque nous n’avions aucun matériel de camping à transporter. Je vous recommande vraiment ces sacoches, qui sont pratiques, imperméables et résistantes! Pour plus d’infos sur le choix des sacoches de vélo, je vous invite à lire l’article sur le sujet que nous avons écrit sur le blog.

ferry-velos-estuaire-gironde
phare-contis-velodyssee

Je vous conseille de ne pas trop charger vos sacoches (on peut très bien faire plus léger que ce que j’ai fait en lavant plus souvent le linge), déjà parce qu’il faut porter chaque kilo en plus mais aussi parce que vous aurez besoin de place pour transporter la nourriture en cours de route. Dans de nombreux cas, il faut acheter son pique-nique en avance car il n’y a pas forcément des supermarchés tout le long!

Rejoindre la Vélodyssée en train avec son vélo

Vélos démontés ou non-démontés? Gratuit ou payant?

Forcément, le trajet dépend de là où vous habitez et où vous souhaitez démarrer/repartir. Impossible de faire des généralités dans ce paragraphe, je ne peux que partager avec vous ma propre expérience… Qui a été très bonne! Si d’une manière générale il reste en France de très nombreux efforts à faire quant au transport des vélos, mais je dois dire avoir été assez bluffée que tout se déroule aussi bien pour nous. Et quand cela se passe bien, il faut le dire aussi! Afin de bien comprendre comment cela fonctionne en général, je vous invite à lire cette page sur le site de la SNCF mais en gros, voici ce qu’il faut retenir:

  • Dans les TER, on peut normalement transporter son vélo gratuitement et sans qu’ils ne soient démontés. Je dis normalement car certaines restrictions s’appliquent parfois, il vaut mieux toujours se renseigner sur le trajet que l’on compte faire en particulier (par exemple, en Alsace, il y a une ligne de train sur laquelle c’est interdit aux heures de pointes). L’autre “mais”, c’est que s’il y a trop de vélo le chef du train peut décider de limiter l’accès (et du coup là c’est vite la bonne galère aussi, vous vous en doutez!).
  • Il est toujours possible de voyager avec un vélo démonté sous housse dans les TGV, et ce sans frais supplémentaires. Là encore, il y a un “mais”, de nombreux voyageurs rapportent que ce n’est quand même pas toujours facile car encore faut-il trouver une place à cet encombrant bagage dans l’un des espaces réservés aux bagages… Sous peine d’être verbalisé!
  • Dans certains TGV, il est possible de réserver à l’avance un espace vélo permettant de transporter son vélo non démonté (et sans housse) au tarif de 10€ par vélo et par train. Cette option n’est pas disponible dans tous les TGV et il vaut mieux vraiment réserver à l’avance, car il y a très peu de places disponibles (genre 4 par train…).

C’est cette dernière option que nous avons utilisée dans 3 TGV différents. A l’aller, nous avons eu un TGV Strasbourg – Rennes direct. Au retour, nous avons eu un TGV Hendaye – Paris Montparnasse puis un autre Paris Est – Strasbourg (avec changement de gare à Paris du coup… Que nous avons fait à vélo. Ca donne quelques sueurs froides mais cela se fait). Rien à signaler sur ces 3 trajets, tout s’est vraiment bien passé.

Emplacement des espace vélo des TGV

L’espace vélo dans les TGV qui en sont équipés se trouve en tête ou queue de train: pas de stress avant le départ, c’est la voiture qui est indiquée sur votre billet puisque le siège qui est attribué lors de la réservation de l’espace vélo est nécessairement un des sièges situé juste à côté des vélos (un carré). L’espace vélo est situé le long des strapontins qui se trouvent dans cette voiture, avec quelques sangles permettant de les attacher. On voit que cela n’a pas forcément été conçu pour dès le départ mais cela reste plutôt bien fait. Il y a juste le moment de monter dans le TGV qui est un peu galère car il y a des marches et que c’est bien étroit, mais ensuite pas besoin de soulever son vélo pour l’accrocher.

velodyssee-saint-jean-luz
velodyssee-plaine-sur-mer

Cet article contient des liens d’affiliation. Si vous réservez via ces liens, je recevrai une petite commission mais vous ne paierez pas plus cher. Merci d’avance, cela m’aide à continuer ce blog! 🙂