Route des vins d’Alsace à vélo – 3 jours de Strasbourg à Colmar

Mise à jour le 15/05/2024
chatenois-velo-alsace

Parcourir la Route des Vins d'Alsace à vélo sur la Véloroute du Vignoble est vraiment l'itinéraire incontournable de cyclotourisme de ma région. Dans cet article de blog, je vous donne des conseils pratiques et mon carnet de voyage de ces 3 jours entre Strasbourg et Colmar.

Laurène Philippot
Laurène
Laurène est la créatrice du blog, où elle partage ses découvertes depuis 2011. City break, voyages à vélo, randonnées... Elle a toujours de nouvelles idées d'escapades!

Mon avis en synthèse

La Route des Vins d’Alsace à vélo, c’est le top! L’itinéraire est agréable à parcourir, les paysages magnifiques, les villages traversés charmants, il est possible de faire des pauses pour une dégustation de vins dans des caves (avec modération évidemment), de se restaurer facilement… Sincèrement, c’est vraiment l’un des itinéraires que je vous conseille en France!

Profil de la Véloroute du Vignoble d’Alsace

C’est la question que tout le monde m’a posée avant et après mon séjour: “mais c’est pas trop dur?” “il n’y a pas trop de montées?” “tu n’as pas mal aux mollets?” Roulement de tambour, la réponse est… non, et pourtant il s’agissait de l’une de mes premières itinérances à vélo!

Les paysages sont certes un peu vallonnés (c’est aussi pour cela que c’est beau!), mais il n’y a véritablement que deux vraies difficultés sur la portion que j’ai faite, entre Strasbourg et Colmar: une montée vers Rosheim et un petit enchaînement sympathique de 3 montées avant Riquewihr.

A part ces deux montées, j’ai trouvé la route plutôt facile (plus que ce que je pensais, en fait) et ai toujours terminé les journées avec de l’énergie en réserve! En le faisant en 3 jours, cet itinéraire est vraiment accessible à quelqu’un ayant un niveau de forme assez moyen: un peu sportif en général, mais pas acharné! 😉

Si vous ne le sentez tout de même pas trop, une solution peut être d’opter pour un vélo électrique! Vous ne verrez alors même plus les montées passer! C’est une bonne option également, bien meilleure que de prendre la voiture 🙂 Il est aussi possible, si vous passez par une agence, d’opter pour le transport des bagages pour vous alléger.

Véloroutes empruntées

Lors de ces 3 jours, j’ai emprunté l’Eurovélo 5 (Via Romea) entre Strasbourg et Colmar, qui suit tout d’abord la Véloroute du Canal de la Bruche entre Strasbourg et Molsheim puis rejoint la Véloroute du Vignoble (sur la Route des Vins).

Si je précise que cet itinéraire emprunte l’Eurovélo 5, c’est parce qu’il existe une autre route pour faire Strasbourg-Colmar à vélo: il est possible de passer par la Véloroute du Rhin (Eurovélo 15), qui comme son nom l’indique, longe le Rhin (fleuve marquant la frontière naturelle avec l’Allemagne). Je l’ai déjà fait également, il faut alors compter 75km de Strasbourg à Colmar. Je l’avais fait en une journée: c’est tout plat et sur une très belle piste cyclable, il n’y a vraiment pas de difficulté. J’avais bien aimé mais c’est assez incomparable avec le circuit passant par la Route des Vins, bien plus varié et intéressant d’un point de vue touristique.

Pistes cyclables ou routes?

L’itinéraire mêle pistes cyclables en site propre (sur lesquelles seuls les vélos circulent), voies à circulation restreintes (sur lesquelles en général seuls sont autorisés les vélos et les riverains, notamment les vignerons ou agriculteurs accédant à leurs parcelles) et routes (sur lesquelles tout le monde circule, y compris les voitures).

Seule la toute première partie de l’itinéraire, la Véloroute du Canal de la Bruche, est une piste cyclable. Ensuite, sauf quelques petites portions, cela alterne tout le long de la Véloroute du Vignoble entre voies à circulation restreinte et routes. C’est ce qui me faisait un peu peur avant de démarrer: je me demandais si j’aurais la sensation d’être en sécurité et, tout simplement, si cela serait agréable.

Au final, j’ai vraiment trouvé que cela allait. Bien sûr, on préfèrerait toujours être sur une piste cyclable, mais il n’y a que de courtes portions de routes vraiment passantes où l’on sert un peu les fesses. La majorité de l’itinéraire se fait sur des chemins tranquilles. Je croisais bien sûr quelques voitures mais cela restait très raisonnable. Il faut tout de même prendre en compte le fait que j’y étais au printemps en semaine, et qu’il doit donc y avoir plus de monde en été et le week-end. Mais vu la proportion de voies réservées aux riverains, j’ai la sensation que cela doit rester raisonnable et que l’on peut donc bien en profiter!

Balisage du circuit

D’une manière générale, j’ai été assez bluffée par le balisage mis en place: les itinéraires et destinations sont vraiment clairement indiqués, je n’ai hésité que quelques fois. J’avais aussi une aide supplémentaire: un road-book fourni par l’agence Le Vélo Voyageur (j’y reviens plus bas), qui m’a été utile lorsque j’hésitais et me permettais aussi de choisir lorsque plusieurs options étaient possibles.

Quand faire la Route des Vins d’Alsace à vélo?

Toutes saisons, ou presque! 😉 D’une manière générale, il faut simplement éviter l’hiver (mais je ne pense pas que c’est ce que vous comptiez faire de toutes façons!): il fait froid, les vignes n’ont pas de feuilles, cela n’est clairement pas le bon moment. Ensuite, chaque saison peut être intéressante, avec une préférence pour le printemps et l’automne de mon côté, deux saisons qui présentent souvent l’avantage d’avoir des températures agréables mais pas étouffantes (les étés en Alsace peuvent être très chauds!). Il faut juste prendre en compte que vous n’aurez pas d’ombre sur l’itinéraire (sauf le long du Canal de la Bruche, donc la première matinée grosso modo!).

Si vous optez pour le printemps, venez plutôt en mai-juin mais pas trop tôt en avril, où les vignes commencent tout juste à avoir à nouveau des feuilles: c’est beaucoup plus beau quand tout est vert et les villages bien fleuris! Le printemps présente aussi l’avantage d’être une période moins touristique que l’été.

J’adore l’automne, quant à lui, pour les couleurs magnifiques qui ornent les vignes. Vous aurez aussi moins de monde qu’en été, mais attention: si vous venez durant les vendanges, il y a alors une grosse activité sur la Route des Vins et vous croiserez sans doute pas mal d’engins agricoles (mais profiterez de l’ambiance bien particulière des vendanges, ce qui est sympa aussi!). Les vignerons n’auront pas le temps non plus pour des dégustations de vin.

Enfin, l’été reste une bonne saison, il peut juste faire bien chaud 😛

Où dormir, boire et manger?

Partout! Honnêtement, c’est une question qui ne se pose pas vraiment sur cet itinéraire: on traverse de nombreux villages, et il est donc aisé de trouver des points de chute, un restaurant ou un sandwich pour le midi et de l’eau si besoin. Remplissez vos gourdes le matin pour avoir de l’eau pour la journée ou arrêtez-vous dans les cimetières (oui on y trouve toujours de l’eau!) 😉 De mon côté, je prévoyais de l’eau pour la journée mais ne partais pas avec mon déjeuner, m’arrêtant en cours de route en fonction de la faim et de mes envies du moment: les choix sont nombreux. C’est aussi ça, la liberté d’être à vélo!

Organiser son voyage à vélo: seul ou avec une agence?

Les deux options sont possibles pour cet itinéraire. Si vous souhaitez organiser votre séjour à vélo seul, le site Alsace à vélo est une mine d’or car il recense les voies cyclables, mais aussi les loueurs de vélo, les logements, les restaurants, aires de pique-nique, points d’intérêt en cours de route…Le site est extrêmement complet et est globalement (très) bien fait. Forcément, il y a par contre tellement d’infos que cela prendra un peu de temps de faire le tri et de définir votre itinéraire (c’est le jeu!) mais en tout cas vous aurez tout ce dont vous avez besoin.

Autre option si vous avez plutôt envie d’un séjour clé en main, passer par une agence. J’ai pour ma part testé Le Vélo Voyageur, une agence spécialisée dans les voyages à vélo. Les séjours sont vraiment “clés en main”: vous n’avez qu’à pédaler, tout le reste est organisé! Cela inclut la réservation d’hébergements, la location de vélos (électriques éventuellement) et de sacoches, le transport possible des bagages, un road-book détaillé du parcours accompagné de conseils touristiques et une assistance 24h/24. J’ai été très satisfaite.

Jour 1 – De Strasbourg à Obernai

L’aventure démarre à Strasbourg, où je récupère mon compagnon de ces 3 jours: le vélo fourni par le Vélo Voyageur! Je sors ensuite rapidement de Strasbourg en direction de l’ouest pour prendre la véloroute du Canal de la Bruche. Comme son nom l’indique, c’est une véloroute qui longe un canal et est donc entièrement plate. De plus, c’est une véritable piste cyclable tout le long. Il faudra juste la partager avec des piétons et éventuellement quelques (rares) cavaliers, mais c’est tout. Pour bien connaître cette voie verte (qui passe tout près de chez moi!), sachez qu’il y a pas mal de monde le week-end (cela n’empêche pas d’en profiter) mais que c’est en revanche très calme en semaine.

J’aime bien cette route: bien que cela soit le long d’un canal, je trouve que l’on ne s’ennuie pas un seul instant. Déjà, car il n’est pas tout droit. Mais aussi car on passe par de beaux endroits: ici, on admire d’anciennes maisons d’éclusiers, là on passe près d’un joli petit village alsacien, là encore on trouve un étang… C’est tout mignon! J’arrive ensuite à Moslheim en ayant fait un rapide arrêt à Dachstein, un joli village.

Molsheim est une jolie découverte: c’est à 15 minutes de chez moi, mais je n’y étais jamais allée! C’est pourtant une belle petite ville alsacienne! Je décide d’y faire ma pause déjeuner, il y a l’embarras du choix (boulangeries, restaurants…).

Après le repas, direction Dorlisheim puis Rosheim. J’arrive ainsi sur la fameuse Véloroute du Vignoble! Pour aller à Rosheim, une belle montée m’attend: je finis par capituler et mettre pied à terre. Ce n’est pas très grave, je suis presque arrivée et elle n’est pas si longue. De plus, la récompense est au sommet: une belle vue sur les vignes et la plaine d’Alsace m’attend. Voilà, je suis officiellement sur la Route des Vins d’Alsace!

La balade se poursuit avec une traversée de Rosheim, village situé au pied du Mont Sainte-Odile et qui possède notamment la très belle église romane Saint-Pierre-et-Paul. Je vous invite à y faire une petite pause pour prendre le temps de l’admirer: ce n’est pas grand, mais l’Hôtel de Ville et l’église valent vraiment le coup d’oeil!

eglise-rosheim
rosheim-alsace

Direction ensuite Obernai, en passant par Bischoffsheim, que je ne connaissais pas du tout. J’y retrouve un décor typique des villages alsaciens: de belles maisons à colombages, des fleurs et une fontaine sur une place… J’adore!

J’arrive ensuite tranquillement à Obernai, qui est mon étape du jour. Avec sa belle place du beffroi, ses jolies ruelles et ses belles boutiques, Obernai est l’une de mes villes préférées sur la Route des Vins d’Alsace. Je vous en ai déjà parlé dans mon article sur Noël en Alsace, ou encore celui sur mon week-end parfait à Strasbourg. Elle vaut vraiment le coup de s’y attarder, c’est ravissant!

Du coup, mon conseil serait le suivant: allez prendre une bonne douche à votre hôtel, laissez votre vélo et partez vous balader. C’est une petite ville, il est très aisé de tout faire à pied. Vous pouvez vous promener dans le centre-ville, faire un petit tour des remparts mais aussi faire une pause goûter dans l’une des adresses gourmandes de la ville…

Jour 2 – D’Obernai à Châtenois

Alors que l’on commençait tout juste à aborder le vignoble lors de la première journée, on y est désormais pleinement: à moi les petites routes sillonnant au milieu des vignes, les (très) nombreux villages tous plus beaux les uns que les autres, les colombages, les géraniums à chaque fenêtre… Oui, un peu cliché mais personnellement je trouve toujours tout cela magnifique! Le départ d’Obernai met directement dans l’ambiance, puisque l’on roule tout de suite dans le vignoble.

Première étape du jour: Gertwiller, capitale du pain d’épices (oui, ça fait rêver, hein?). Il est possible de visiter deux petits musées du pain d’épices, et je vous conseille d’y faire un arrêt: ce n’est pas très long mais sympa à faire. Ma préférence va à la Maison Lips, qui fabrique encore de façon artisanale l’un de mes pains d’épices favoris en Alsace. Si vous venez en semaine, vous pourrez d’ailleurs voir la fabrication. Fortwenger, avec son palais du Pain d’épices, est sympa aussi.

On arrive ensuite dans le joli village de Barr, où je ne peux m’empêcher de m’arrêter sur la place de l’hôtel de ville à chaque fois. Tellement jolie! La route traverse le village et permet en tout cas déjà d’en avoir un bel aperçu.

On continue ensuite dans le vignoble pour rejoindre Mittelbergheim, classé parmi les “Plus beaux villages de France”. Je vous en ai déjà parlé aussi dans un précédent article, ce village alsacien possède un charme certain sans le côté un peu tape-à-l’oeil de certains villages très colorés. Une sobriété élégante, en quelque sorte!

mittelbergheim
mittelbergheim-alsace

La route se dirige ensuite vers Andlau. On a de très beaux points de vue sur le village, entouré de vignes, avant et après l’avoir passé.

andlau
velo-route-vins-alsace

On traverse ensuite Itterswiller, village ayant reçu le prix de la Fleur d’Or (qui récompense les villes de France particulièrement fleuries). En effet, c’est assez impressionnant! J’aime beaucoup ce village, où je vais assez régulièrement: la Wistub Arnold est l’une des adresses préférées de mes parents! Si jamais vous cherchez où vous arrêter pour le déjeuner, cela peut d’ailleurs être une option… En tout cas, les points de vue sur la Route des Vins depuis Itterswiller m’émerveillent à chaque fois et valent une petite pause!

itterswiller-wistub-arnold
itterswiller-vignes-alsace

Nouvelle découverte ensuite: Blienschwiller, que je ne connaissais pas du tout et qui s’avère également bien beau.

blienschwiller
blienschwiller-alsace

La route me mène ensuite à Dambach-la-Ville: elle contourne le village, mais j’ai pour ma part fait un mini détour pour m’y balader un peu. Mignon également! J’admire en cours de route le Château de l’Ortenbourg, un impressionnant château du 13e siècle désormais en ruine mais qui reste impressionnant. il domine majestueusement la vallée!

Après un rapide passage à Dieffenthal, me voici à Scherwiller! Scherwiller est mon coup de coeur du jour: je me suis demandée comment il était possible que je n’ai pas connu plus tôt ce village, qui est franchement ravissant! Scherwiller possède une caractéristique intéressante: il possède une centaine de lavoirs! On en trouve un peu partout au bord de l’Aubach, la rivière qui traverse le village. Cela lui donne un charme fou, d’autant plus que les bords de la rivière sont bien fleuris et qu’il y a de très belles bâtisses dans le village.

Lors de ma balade, une femme m’a abordée en me disant à quel point elle était émerveillée par sa visite de l’Alsace. “On a vu plein de régions en France, mais là je dois dire que c’est la plus belle” s’est-elle exclamée! Je n’ai jamais aimé les classements et estime qu’un grand nombre de régions de France sont très belles, mais cela m’a fait plaisir de voir autant d’enthousiasme sur ma région d’adoption. Pas de doute, mon Alsace est superbe! 🙂

Direction ensuite Châtenois, mon étape du jour, située à proximité de Sélestat (qui peut aussi être une étape d’ailleurs). Châtenois est également un lieu que je connaissais mal. J’y étais déjà passée mais assez rapidement et n’avais pas eu le temps de me faire une vraie idée. Là encore, je vous conseille de poser votre vélo à l’hôtel et de partir vous balader à pied. Ce n’est pas très grand mais il est agréable de se balader dans les rues, d’aller admirer la superbe Tour des Sorcières et de faire un tour le long des Remparts…

Jour 3 – De Châtenois à Colmar

Déjà le dernier jour! Au programme de cette troisième journée, l’une des parties les plus touristiques de la Route des Vins d’Alsace. Vous allez croiser plus de monde sur l’itinéraire que les jours précédents, mais je vous assure que cela vaut le coup aussi: ces coins ne sont pas touristiques pour rien, ils sont aussi très beaux!

La première partie de la journée consiste principalement à rouler au milieu des vignes, sans forcément traverser de villages: la véloroute les contourne. Je n’ai pas ce jour-là une météo idéale: il y a un petit voile brumeux, mais les paysages n’en demeurent pas moins superbes et je me régale.

Je passe ensuite à Bergheim, que je connais déjà et où je vous conseille de faire un arrêt, il est ravissant.

bergheim

Je quitte ensuite la Véloroute du vignoble pour un détour indispensable: impossible de parcourir la Route des Vins d’Alsace sans aller voir Ribeauvillé et Riquewihr! Ils sont tous deux très touristiques et vous allez tout à coup être étonné de voir autant de monde, mais je vous invite vraiment à vous y arrêter.

L’itinéraire vous fait de toutes façons traverser Ribeauvillé. Bien que je connaisse déjà bien ce village, j’ai trouvé pour ma part plus agréable de mettre pied à terre pour le parcourir tout doucement, il y a plein de belles choses à voir!

On rejoint ensuite Hunawihr, classé comme Mittelbergheim parmi les Plus beaux villages de France: il est vrai qu’il est mignon aussi, mais l’orage n’est pas loin et je ne prends cette fois-ci pas le temps de m’y arrêter: je me contente de l’admirer depuis la route, qui offre un beau point de vue.

hunawihr

Il est temps ensuite d’aborder la difficulté principale de ces 3 jours: la montée vers Riquewihr! En fait ce n’est pas une mais trois montées successives qui vous attendent. J’ai trouvé que les deux premières passaient plutôt bien mais ai capitulé à la dernière. Manque d’entraînement 😛 Cela étant dit, rien de grave non plus: j’ai juste terminé tranquillement à pied. La route traverse d’ailleurs une forêt bien agréable à ce moment là, de quoi aider à passer ce petit moment difficile 😉

foret-avant-riquewihr

Riquewihr est surnommée “La Perle du Vignoble”, il serait de toutes façons dommage de passer à côté et cela vaut donc bien une montée. Je vous invite vraiment à faire une vraie pause à Riquewihr pour en profiter, c’est très touristique mais très beau!

riquewihr-alsace
fleurs-riquewihr

La route me mène ensuite gentiment à l’entrée de la Vallée de Kaysersberg, l’une de mes vallées préférées en Alsace. Je ne m’en lasse pas! Le point de vue que l’on a sur Kientzheim (commune de Kaysersberg-Vignoble) en arrivant est juste magnifique! C’est le genre de paysage qui me remplit véritablement de joie, je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi. Vous me direz si cela vous fait le même effet 😉

velo-alsace
kientzheim-vue

On quitte ensuite progressivement le vignoble pour traverser une forêt située autour de la Fecht (rivière). Changement d’ambiance, mais très sympa aussi!

J’arrive ensuite à Ingersheim puis Colmar, étape finale de ces 3 jours de vélo sur la Route des Vins d’Alsace. Colmar est une ville magnifique où je vous conseille de vous arrêter: ne vous contentez pas d’y passer pour rendre votre vélo!

Si vous avez le temps de prendre une journée de plus, je vous conseille vraiment de prévoir de passer une nuit à Colmar et de la visiter tranquillement le lendemain. En faisant ainsi, vous avez largement le temps de visiter durant cette dernière journée à vélo tous les jolis villages que vous croiserez sur la route, puis de passer la soirée à Colmar et d’en profiter pleinement le lendemain.

Si vous ne pouvez pas ajouter une journée à ce voyage en Alsace, prévoyez alors de partir assez tôt le 3e jour pour avoir le temps de vous balader dans Colmar. Je vous assure que vous ne le regretterez pas, cette ville est une vraie carte postale qui mérite vraiment une visite!

Arrivée à Colmar, je rends mon vélo, fidèle compagnon de ces trois derniers jours que je quitte sans une petite pointe de tristesse. Oui, je m’attache aux vélos, c’est idiot! Il ne me reste qu’à prendre le train à la gare de Colmar pour rejoindre Strasbourg. C’est très facile, il y a des trains très régulièrement: pas besoin forcément de prévoir une heure précise à l’avance si vous arrivez en fin d’après-midi/début de soirée, vous en trouverez un assez rapidement (ou au pire vous pourrez boire un café en face de la gare en attendant!).

Carte de l’itinéraire à vélo de Strasbourg à Colmar

Ce voyage a été réalisé dans le cadre d’une collaboration commerciale rémunérée avec Le Vélo Voyageur, Alsace Destination Tourisme, l’Agence d’Attractivité de l’Alsace ainsi que les Offices de Tourisme d’Obernai, de Sélestat-Haut Koenigsbourg et de Colmar. J’ai conservé toute ma liberté d’écriture. Cet article contient des liens d’affiliation.