Notation : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5. Nombre de votes : 0.
Donnez votre avis 1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles
Loading...

Vous souvenez-vous de Pierre, notre guide? Nous l’avions rencontré l’hiver dernier à Ovronnaz lors d’une belle balade en raquettes et avions sympathisé. Nous n’avions donc pas hésité un seul instant lorsqu’il nous avait gentiment proposé de nous accompagner pour le Tour des Muverans, 4 jours de randonnée dans les montagnes entre les cantons du Valais et de Vaud en Suisse. Les Muverans sont deux sommets: le Grand Muveran, qui domine Ovronnaz et est plutôt massif, et le Petit Muveran, plus pointu.

Tour des muverans

Rendez-vous était donc pris pour cet été. Nous décidons de partir d’Ovronnaz mais il est bien sûr possible de partir d’un autre endroit, ainsi que de faire le tour en 3 ou 5 jours. Le Tour des Muverans est un peu à la carte, il faut juste prévoir les étapes en fonction des cabanes qui jalonnent le parcours. Heureusement, elles sont plutôt nombreuses.  Nous voici donc partis fin juillet pour les Alpes suisses, et ce malgré un bulletin météo moyennement encourageant!

Jour 1 – D’Ovronnaz à L’Au d’Arbignon

Après une bonne nuit passée à Ovronnaz, où nous avons retrouvé le confort du Chalet de Kalbermatten, nous sommes fin prêts.

Départ pour le Tour des Muverans

Nous commençons par monter en télésiège d’Ovronnaz à Jorasse (1 939m). Pas très sportif, tout ça…C’est vrai, mais cela va venir, je vous rassure. A partir de Jorasse, c’est promis, nous ne ferons que marcher! Nous allons jusqu’à Petit Pré et rejoignons le gîte Lui d’Août, où nous avions mangé une fondue cet hiver. Cette fois, ce sera un petit thé à la menthe sur la terrasse.

Gite Lui d'Août

Un brouillard très épais nous empêche d’admirer le paysage alentour. Franchement frustrant!

Chemin de montagne-suisse

Heureusement, il nous reste les fleurs et autres curiosités à admirer…

Fleur-montagne

Toile d'araignée-rosée

Fleur-brume

Nous approchons du lac de Fully (2 053m). Malgré sa proximité, impossible de l’apercevoir à cause du brouillard. Du moins c’est ce que nous pensions. Mais coup de chance, celui-ci se dissipe et nous apercevons la jolie couleur du lac. Voilà une bonne surprise, alors que nous commencions à désespérer!

Lac de Fully

Nous nous arrêtons déjeuner à la Cabane du Demecre (2 361m). Un petit pique-nique savamment préparé par Olivier pour les 4 jours à base de charcuterie, pain de mie et fruits secs, et nous voici à nouveau d’attaque.

Pique-nique-cabane demecre

Nous traversons de nombreux alpages. Les vaches y montent à la belle saison et en redescendent pour passer l’hiver en plaine. Plusieurs races de vaches cohabitent. Les petites foncées et trapues sont des vaches d’Herens, originaires du Valais.

Vaches suisses

Vache d'Herens

Nous continuons notre route et arrivons bientôt au gîte Au d’Arbignon (1 649m), alpage qui accueille des randonneurs pour la 1ère année. On y jouit d’une belle vue sur les Dents de Morcles lorsque la vue est dégagée. Nous aurons la chance de profiter d’un court moment d’éclaircie pour les apercevoir. Nous sommes chaleureusement accueillis par le locataire de l’alpage, Jean-Henri, ainsi que par Cécile, qui s’occupe plutôt du gîte. Les dortoirs s’avèrent confortables, avec une bonne literie. Et on peut même prendre une bonne douche!

Cabane-L'Au d'Arbignon-Tour des Muverans

Nous assistons à la traite des vaches et découvrons les étapes de la fabrication du fromage d’alpage. A L’Au d’Arbignon, on fabrique des tommes et du fromage à raclette. Sacré travail! Nous le goûterons au dîner, il est délicieux.

Fromage-L'Au d'Arbignon

Le reste de la soirée est passé à discuter tout en dégustant les bonnes pâtes d’alpage préparées par Cécile. Des pâtes, des pommes de terre, du lard, des oignons, de la crème…De quoi être bien rassasié!

Résumé de la journée
6h de marche
14km
Montée totale: 1 000m
Descente totale: 1 297m

Jour 2 – De L’Au d’Arbignon à Pont de Nant

La 2e journée de notre Tour des Muverans commence avec un bon petit déjeuner grâce aux confitures maison préparées par Cécile. Ensuite, en route! Cela démarre sec aujourd’hui, et le réveil musculaire est rapide. Le brouillard est toujours aussi présent et la frustration qui l’accompagne également. Pierre nous vante la beauté du paysage (la plaine du Rhône, le lac Léman et le Mont-Blanc, rien que ça…), mais nous ne voyons que la brume et les vaches. Zut!

Vaches-Suisse

En milieu de matinée, le ciel se dégage un peu et nous faisons une pause à la cabane de la Tourche (2 184m). Elle possède une terrasse avec une vue panoramique. Appréciable même si nous ne parvenons à distinguer que quelques sommets. Par temps clair, cela doit être fou! D’ailleurs, vous avez déjà vu un barbecue aussi aérien, vous?

Barbecue-Cabane de la Tourche

Nous reprenons notre chemin en destination du Col des Perris Blancs, auquel on accède par un chemin à flanc de montagne un peu aérien nommé La vire aux Boeufs.

Vire aux boeufs

Nous découvrons peu à peu un paysage passant des vallées vertes aux montagnes rocailleuses.

Montagnes-suisse

Nous avons la surprise d’apercevoir un bouquetin. Il semble même poser pour la photo!

Bouquetin

Après une bonne montée, nous atteignons le Col des Perris Blancs (2 544m). Des pierres et des plaques de neige, on se sent soudain ailleurs…Assez lunaire, comme atmosphère.

Col des Perris Blancs-Tour des Muverans

Commence ensuite la descente. Le paysage est magnifique!

Col des perris blancs

Tour des muverans

Nous nous arrêtons pour pique-niquer sur un rocher. Il n’y a pas à dire, on est très bien ici!

Pique-nique-Montagne

Vient ensuite le moment difficile, puisqu’il nous faut continuer à descendre dans un chemin bien boueux du fait des pluies des derniers jours. Cela glisse et fait bien mal aux jambes! Nous avançons lentement et prenons du retard sur notre planning initial. Ce n’est pas un problème en soit, mais le ciel est menaçant. Pourvu que nous arrivions avant l’orage!

Entre le col des perris blancs et Nant

Encore quelques kilomètres de plat et nous arrivons toujours secs à l’Auberge de Pont de Nant (1 254m), une auberge très confortable située au pied du Grand Muveran. Nous sommes logés en chambres individuelles: voici la nôtre, la Nordique. Mignonne, hein? En prime, le repas servi en demi-pension est délicieux. Une très bonne adresse! Il est l’heure d’aller au lit: je suis épuisée de cette journée et m’effondre rapidement…

Auberge de Pont de Nant-Chambre nordique

Résumé de la journée
7h de marche
13km
Montée totale: 1 027m
Descente totale: 1 422m

Jour 3 – De Pont de Nant à Derborence

Après un bon petit déjeuner au Pont de Nant, nous voici prêts à attaquer une nouvelle journée du Tour des Muverans, avec une montée à travers la forêt pour se mettre en jambes! Bonne nouvelle, le brouillard s’est levé et nous voyons enfin parfaitement le paysage qui nous entoure.

Pont de Nant

Nous voyons nos premières salamandres noires, ou salamandres de montagnes. Plutôt amusant comme animal, qui semble tout gluant. Nous en rencontrerons de nombreuses autres, car elles ont tendance à rester au milieu du chemin malgré notre arrivée. Attention à ne pas les écraser!

Salamandre noire

Après 1h de marche environ, nous arrivons au niveau de l’Alpage du Richard (1 537m). Il est trop tôt pour faire une pause mais cela semble sympathique. Plein d’animaux autour et du bon fromage à vendre! Peu après, nous atteignons le Refuge de la Vare (1 756m). Nous ne nous arrêtons pas non plus mais je note le choix impressionnant de sirops et la possibilité de dormir dans la paille! Voici une expérience à faire un de ces jours…

Cheval-Le Richard-Tour des Muverans

Nous entamons ensuite le Plat de la Vare, une immense prairie. Comme quoi, le terrain peut être plat également…Cela fait du bien de temps en temps!

Refuge de la Vare-Tour des Muverans

Mais il est bientôt temps de recommencer à monter puisque nous attaquons le col des Essets (2 046m). Le soleil se décide enfin à se montrer, l’endroit est magnifique!

Col des Essets-Tour des Muverans

Col des Essets-Alpes suisses

Arrivés en haut, nous nous amusons à essayer de distinguer les chamois dans le paysage. Pierre est bien meilleur que nous à ce jeu-là, on sent l’habitude! Nous finissons tout de même par en voir plusieurs grâce aux jumelles.

Chamois-001

Nous redescendons ensuite tranquillement en direction d’Anzeindaz, mais nous arrêterons peu avant à la Cabane Barraud, cabane privée propriété de la section des Diablerets du Club Alpin Suisse, pour y manger une bonne soupe réconfortante. Attention, il faut être membre (ou que votre guide soit membre…) pour y accéder!

Cabane Barraud

Cela dit, les cabanes publiques d’Anzeindaz ne sont pas loin. Nous sommes ici au pied du Massif des Diablerets, dans les Alpes Vaudoises. Difficile de reconnaître le paysage alors que nous sommes allés skier aux Diablerets cet hiver…Je crois que j’ai encore du mal à reconnaître les montagnes!

Anzeindaz

Après le pique-nique, nous marchons en direction du Pas de Cheville (2 040m). Globalement plat mais plutôt du type « faux plat montant » cette fois. Nous entamons ensuite la descente vers Derborence (1 473m).

Pas de cheville-Tour des muverans

Le chemin sillone dans la forêt et nous apercevons bientôt le lac de Derborence, constitué suite à deux énormes éboulements du Massif des Diablerets en 1714 et 1749. Ces événements tragiques firent plusieurs morts et marquèrent l’histoire de la région ainsi que sa géographie. On peut d’ailleurs encore voir au sol les importants massifs rocheux qui se sont détachés. Cette histoire a inspiré l’écrivain vaudois Charles Ferdinand Ramuz dans son roman Derborence.

Lac de Derborence

Attention aux dates si vous voulez venir faire un tour au bord du lac, la route de Derborence est totalement fermée de début novembre à fin avril!

Chalet-Derborence

Nous ne logeons pas au bord du lac mais à l’Auberge du Godet, située un peu plus loin, à environ 45 minutes de marche d’après le panneau Suisse Rando. Nous sommes un peu cuits et le ciel est menaçant: nous optons donc pour le Car postal, un grand classique suisse dont le klaxon à trois tons utilisé sur les routes de montagnes correspond à l’ouverture de Guillaume Tell de Rossini (cliquez pour l’écouter). Folklorique à souhait, non? Au delà de ce petit moment pittoresque, cela s’avère être une sage décision puisqu’un orage accompagné de pluies diluviennes éclatera 5 minutes après notre arrivée!

Cor postal-Suisse

Du côté de l’auberge du Godet, je n’ai pas le même enthousiasme que pour les deux premières cabanes où nous avons logé. Les chambres, dortoirs et douches sont plutôt glauques, la literie pas terrible et l’accueil laisse un peu à désirer. En revanche, ce n’est pas trop cher et ce que nous avons mangé lors du dîner (fondue et röstis, restons traditionnels) était correct.

Résumé de la journée
7h de marche
13km
Montée totale: 1 042m
Descente totale: 805m

Jour 4 – De Derborence à Ovronnaz

Nous commençons la journée par la route que nous n’avons pas faite la veille à pied en revenant vers Derborence, puis commençons à monter en direction de Dorbon. Nous avions échappé à la pluie les 3 derniers jours, mais celle-ci finit par nous rattraper. Et hop, le poncho est de sortie! Au moins on ne l’aura pas porté pour rien…

Vache-montagne-suisse

Des randonneurs marchant dans le sens contraire font peur à une marmotte, qui arrive donc en courant dans notre direction. Nous aurons bien le temps de la regarder, même si elle n’est pas tout près. Vu le faible zoom de mon appareil photo, la photo n’est pas terrible.

Marmotte

Les vaches ruminent paisiblement tandis que nous passons près d’elles. Enfin, pas toutes. Nous surprenons deux vaches d’Herens en plein combat. Ces vaches valaisannes présentent la particularité de se battre naturellement pour déterminer la hiérarchie dans le troupeau. Rien de sanglant: elles se battent corne contre corne et le combat s’arrête lorsque l’une d’elle finit par céder. Les blessures sont donc rares. Des combats de vaches sont organisés en Valais, mais en voir un en pleine nature permet de constater qu’il s’agit uniquement d’un comportement naturel pour cette race de vaches. Intéressant!

Vaches-Herens-combat

Nous arrivons bientôt au Gîte de l’Alpage de Dorbon (1 955m) où un feu, un bon thé et un gâteau maison nous permettront de nous réchauffer. Nous y sommes très bien accueillis par le couple d’hôtes et discutons avec eux de la vie à l’alpage. Durant la saison, ils sont occupés 7j/7 et quasi 24h/24. Des randonneurs à accueillir à toute heure, des repas à leur préparer, une vache à traire, du fromage et des yaourts à fabriquer… pas le temps de s’ennuyer une minute! Et comme il est impossible d’y accéder en voiture, tout le matériel et les produits de base sont apportés en hélicoptère en début de saison (plusieurs tonnes de colis). Ils se ravitaillent ensuite soit en faisant les trajets à pied (Derborence étant déjà à environ 1h30 de marche et n’ayant pas de supermarché, vous imaginez le boulot avec du bois ou des courses pour un régiment sur le dos), soit grâce au quad du fermier voisin. Sacré travail, j’ai franchement été impressionnée!

Cabane Dorbon-Tour des Muverans

Je remarque un drapeau breton, puis une boîte de biscuits ornée d’un motif Henriot (le faïencier de Quimper), puis des crêpes et galettes au menu…Etonnant au milieu des montagnes suisses. Evidemment, il y a une explication: Géraldine est originaire de Nantes. Décidément on trouve des Bretons partout!

Refuge de Dorbon-Tour des Muverans

Nous continuons à monter par bosses successives et voyons le paysage changer progressivement, devenant de plus en plus aride et minéral, des plaques de neige apparaissant peu à peu.

Entre Dorbon et Forclaz

Tour des Muverans-Entre Dorbon et Forclaz

Enfin, nous arrivons au lac de la Forclaz (2 450m). Un paysage grandiose qui semble assez irréel, surtout en plein mois d’août!

Lac de la Forclaz-Suisse

Col de la Forclaz

En fin d’après-midi, Pierre nous a réservé une bonne surprise. Sa voiture nous attend à Chamosentze (1 908m), ce qui nous permet de finir la descente vers Ovronnaz en voiture. Ceci nous fait gagner 1h et nous laisse ainsi le temps d’aller nous plonger dans les Bains d’Ovronnaz avant de repartir chez nous! Idéal pour éliminer les courbatures des derniers jours…Et voilà, le Tour des Muverans est fini! Nous avons adoré notre randonnée et ses magnifiques paysages.

Tour des Muverans

Nous remercions à nouveau chaleureusement notre excellent guide Pierre, qui a tout organisé de main de maître et nous a généreusement offert ses services pendant ces 4 jours. Il nous a captivé avec ses anecdotes et explications et nous avons partagé d’excellents moments avec lui . Et en plus, ne le répétez pas mais il chuchote à l’oreille des vaches…

Pierre

Résumé de la journée (à pied jusqu’à Ovronnaz)
8h de marche
15km
Montée totale: 1 121m
Descente totale: 1208m

Informations pratiques

Informations sur le Tour des Muverans: parcours, cabanes, restaurants: http://www.tourdesmuverans.ch

Coordonnées de notre accompagnateur de moyenne montagne, Pierre Delaloye: pierre.delaloye[at]bluewin.ch

Quel équipement pour le Tour du Val d’Hérens?

Voici le matériel de randonnée dont je me sers depuis un certain temps maintenant (vive Decathlon!):

sac à dos pour la journée Lowe Alpine AirZone 25L

chaussures de marche Lowa Renegade

bâtons de randonnée Forclaz 550

– vêtements pour marcher: short ou pantalon, t-shirts techniques, polaire, imperméable

chapeau et lunettes de soleil de montagne

Où était cette escapade?

Pin It on Pinterest

Share This