Notation : 3 votes, average: 4,00 out of 53 votes, average: 4,00 out of 53 votes, average: 4,00 out of 53 votes, average: 4,00 out of 53 votes, average: 4,00 out of 5. Nombre de votes : 3.
Cet article vous-a-t-il plu ? 1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles
Loading...

Road trip en Irlande sur la Wild Atlantic Way (une semaine)

18 Mai 2017 | Irlande | 4 commentaires

Un road trip en Irlande, voilà qui fait un peu rêver, non? C’est ce que je suis allée faire sur la Wild Atlantic Way pendant une semaine au début du mois de mai avec ma copine Emilie. Au programme, une partie de la Wild Atlantic Way (WAW pour les intimes, un acronyme qui lui va bien d’ailleurs!), cette route touristique qui s’étend sur la côte ouest du pays. Autant dire qu’elle est immense: 2 500km de long, il y a de quoi faire! De mon côté, j’ai choisi de parcourir les comtés de Sligo et Donegal, au nord du pays (mais toujours en République d’Irlande, pas en Irlande du Nord). Ces régions sont moins connues que le Connemara, par exemple, mais me semblaient exceptionnellement belles. Grand bien m’en a pris, j’ai en effet découvert de superbes coins sauvages et des paysages variés. Voici mon itinéraire détaillé, avec les différentes étapes de ce road trip en Irlande sur la Wild Atlantic Way.

road-trip-irlande-wild-atlantic-way

Côté météo, nous avons été extrêmement gâtées avec du soleil et du ciel bleu absolument tous les jours de notre séjour. Pas le moindre petit nuage gris, la moindre goutte de pluie… Je le dis tout de suite aux mauvaises langues: non, la couleur du ciel sur mes photos n’a pas été retouchée! De l’avis des Irlandais, cette météo restait assez exceptionnelle mais bon, il faut bien avoir de la chance parfois, non?

enniscrone

Jour 1 – De Dublin à Enniscrone (260km)

Cette première journée de road trip est essentiellement consacrée à notre trajet, qui commence par un vol Ryanair Paris-Dublin (à 90€ l’aller-retour, c’est quand même chouette!).  Nous récupérons ensuite notre voiture de location Enterprise, non sans quelque peine d’ailleurs puisque je n’avais pas compris qu’il fallait prendre une navette pour accéder au parking… Tout se passe ensuite sans encombre, bien que la société veuille me donner une énorme BMW au lieu de la petite voiture demandée. C’est gentil de vouloir nous surclasser, mais je suis déjà suffisamment stressée par le fait de conduire à gauche sans m’ajouter le stress d’une voiture faisant 2 fois la largeur de la mienne en France. Nous finissons par hériter d’une Ford Focus (automatique, c’est plus simple), et en route pour Enniscrone!

C’est la première fois que je roule à gauche, et je dois dire que c’est au début assez stressant ! Il est très utile d’avoir un copilote (merci Emilie), notamment car la principale difficulté s’avère être de bien estimer les distances à gauche de la voiture (on aurait vite tendance à trop serrer du côté du trottoir, c’est bizarre). Pour le reste, cela vient avec un peu de concentration… Nous rejoignons Enniscrone en 4h, un trajet assez fatigant car nous prenons énormément de petites routes très serrées. Un peu long mais finalement parfait pour se mettre en jambe: je suis déjà plus à l’aise après ce périple!

plage-enniscrone

Bain d’algues à Enniscrone

Je suis épuisée en arrivant (oui, le stress me tend un peu (beaucoup)) mais une récompense nous attend: un bain d’algues. Cette pratique est traditionnelle en Irlande, et particulièrement à Enniscrone, depuis le début du 20e siècle. Les bains où nous nous rendons, les Kilcullen’s Seaweed Baths, existent depuis 1912! Certaines pièces à l’intérieur sont d’ailleurs d’époque, c’est toute une ambiance.

kilcullen-bath-enniscrone

kilcullen-seaweed-bath-enniscrone

Nous sommes chaleureusement accueillies et guidées dans une pièce comportant deux baignoires remplies d’eau de mer et d’algues provenant de la plage en face. Le protocole est simple: d’abord, prendre un bain de vapeur histoire de bien ouvrir les pores de la peau, puis se plonger avec délice dans l’eau de mer chaude dans laquelle trempent les algues et enfin (pour les courageux, pas moi donc) prendre une douche d’eau de mer froide revigorante (Emilie a testé, ça dépote!).

bain-algues-kilcullen-bath-house

bain-vapeur-kilcullen-enniscrone

Tout ceci nous vaut pas mal de fous rires: entre le bain de vapeur qui ressemble à un grand cercueil et l’énorme tas d’algues dans le bain, il y a de quoi s’amuser! Les bains d’algues, du fait de leur forte concentration en iode, sont réputés pour soulager des douleurs type rhumatismes et arthrose, mais pas besoin d’en être à ce stade pour que cela fasse du bien: nous en ressortons toutes les deux extrêmement détendues! Cela fait vraiment du bien. De plus, les algues libèrent des huiles particulières aux vertus hydratantes: et hop, un petit soin pour la peau et les cheveux en prime!

bain-algues-enniscrone

Coucher de soleil sur la plage

La ville d’Enniscrone elle-même est une petite cité balnéaire qui n’a pas énormément de charme à mon sens, mais elle a sans nul doute un gros atout: sa plage et son coucher de soleil. La plage est à perte de vue et il est extrêmement agréable de s’y promener en fin de journée, où les couleurs sont tout simplement magiques. Merci à la responsable des bains de nous avoir suggéré de ne pas manquer le coucher du soleil, nous avons passé un excellent moment! Des petits bancs le long de la plage accueillent d’ailleurs les promeneurs qui souhaitent assister à ce beau spectacle.

coucher-soleil-enniscrone

enniscrone-coucher-soleil-plage

enniscrone-plage-soleil

coucher-soleil-plage-enniscrone

Jour 2 – D’Enniscrone à Sligo (55km) – Stand up paddle et visite de Sligo

Stand up paddle à Enniscrone

La journée commence par une séance de stand up paddle à Enniscrone. Il était au départ prévu que je fasse une séance de surf mais la météo en a décidé autrement: pas un gramme de vent à l’horizon! Linda, de l’école 7th Wave Surf School, m’a donc gentiment organisé une séance de stand up paddle à la place, avec Michael  de l’école Harbour Sup & Sailing Club.

harbour-sup-sailing-club-enniscrone

irlande-enniscrone-stand-up-paddle

C’est la première fois que je monte sur un stand up paddle et mon objectif est clair: en profiter mais aussi…ne pas tomber! Malgré le beau soleil qui me donne chaud sous ma combinaison, je ne suis pas dupe sur la température de l’eau irlandaise au mois de mai! 😉  Objectif atteint puisque la planche qui m’est donnée est large et la mer très calme, l’équilibre est donc facile à trouver. Après une petite initiation dans le port, nous voici partis le long de la côte: c’est très calme et agréable de se mouvoir ainsi, je peux ainsi profiter tranquillement de la beauté du paysage!

stand-up-paddle-irlande

stand-up-paddle-enniscrone

Fait amusant, nous ne sommes pas les seuls sur le port d’Enniscrone: une écurie vient également entraîner ses chevaux en leur faisant faire une petite séance de natation. Excellent!

cheval-port-enniscronne

Coastal walk

Après le stand up paddle, nous faisons un petit tour sur la Coastal Walk, une petite balade agréable de 15 minutes le long de la côte. Il est ensuite temps de filer en direction de Sligo, notre prochaine étape!

coastal-walk-enniscrone

Visite de Sligo

Arrivées à Sligo, nous retrouvons Auriel, guide et responsable de l’agence Sea Trails, qui organise des visites guidées sur différents thèmes dans le comté de Sligo (plutôt historiques, sur l’archéologie, des visites guidées à cheval… Il y en a pour toutes les envies!).

sligo-riviere-garavogue

Nous commençons par un rapide tour de la ville de Sligo, dans laquelle il n’y a pas forcément des tonnes de choses à voir mais qui reste une petite ville agréable. Sligo, du fait de sa situation stratégique, a en effet été l’objet de nombreuses batailles et a donc été détruite à plusieurs reprises, ce qui explique qu’il n’y ait pas énormément de bâtiments anciens et que l’architecture soit assez hétéroclite. Cela vaut toutefois la peine d’aller y faire un tour. L’abbaye de Sligo est vraiment un incontournable à visiter: elle est en ruine mais très belle.

abbaye-sligo

sligo-abbaye

Je vous conseille également de vous balader le long de la rivière Garavogue (et, s’il fait beau, d’aller boire un verre en terrasse au Blind Tiger en fin d’après-midi!). Promenez-vous aussi dans les rues de la ville, vous y verrez quelques belles façades anciennes.

terrasses-riviere-sligo

pub-sligo

Visite du site mégalithique de Carrowmore

Nous sortons ensuite de la ville pour nous diriger vers le site mégalithique de Carrowmore. Il s’agit d’un des sites mégalithiques majeurs en Irlande, qui comporte des tombes extrêmement anciennes. J’avoue ne pas avoir une passion pour ces sites archéologiques (cela ne me parle pas vraiment, à vrai dire), mais il faut reconnaître que c’est un lieu intéressant, et tellement proche de Sligo que cela mérite d’y faire une étape. La visite du petit musée permet de mieux comprendre l’histoire du lieu et les questions que se posent encore les archéologues et historiens. On est en effet très loin d’avoir tout compris sur les rites de l’époque et la signification de certaines choses!

site-megalithique-carrowmore-irlande

Péninsule de Sligo

Nous finissons notre après-midi par un petit tour sur la péninsule de Sligo, dont Auriel nous fait faire un tour en voiture. Côté mer (avec de superbes plages) ou terre (avec des petites montagnes), que de beaux paysages à voir!

peninsule-sligo-paysages

plage-peninsule-sligo

Bonnes adresses à Sligo

Nous dînons dans un restaurant qui nous a été recommandé à plusieurs reprises: le Eala Bhan, un restaurant plusieurs fois primé et qui figure sur la Sligo Food Trail (une sélection de bonnes adresses mettant en valeur des produits frais et locaux). Nous ne sommes en effet pas déçues, nous nous régalons: beau cadre, service agréable, cuisine savoureuse (y compris pour les plats végétariens) et rapport qualité-prix correct, c’est un sans faute!

Eala-Bhan-sligo

Pour la nuit, nous logeons au Glasshouse Hotel, un hôtel à l’architecture moderne en verre situé au bord de la rivière. La vue est sympa, le style un peu original, il y a un parking et le petit déjeuner est bon. Une bonne adresse aussi!

sligo-glasshouse-hotel

Jour 3 – De Sligo à Donegal (70km) – Balade à cheval et Mullaghmore

Pour ce 3e jour en Irlande, une activité de rêve nous attend: une demi-journée de balade à cheval, pour découvrir les paysages de la Wild Atlanic Way différemment. Sur la route pour nous rendre à l’écurie, nous nous arrêtons à Rosses Point, à l’extrémité d’une péninsule. Que c’est beau!

rosses-point-sligo

statue-rosses-point-sligo

rosses-point-sligo-irlande

Balade à cheval avec Island View Riding Stables

Parce qu’une activité à cheval revêt toujours une importance particulière pour moi et que celle-ci était particulièrement fabuleuse, je lui ai consacré un article entier. Je vous invite donc à lire le récit de ma balade à cheval dans le comté de Sligo.

balade-cheval-donegal

A la découverte de Mullaghmore

Après la promenade à cheval, nous décidons sur les conseils de la propriétaire de l’écurie de nous rendre sur la petite péninsule de Mullaghmore. Là, c’est la claque: une côte sauvage magnifique nous attend! Nous faisons plusieurs pauses pour prendre des photos mais aussi nous prélasser dans l’herbe en admirant la vue. Juste superbe!

mullaghmore-irlande

mullaghmore-wld-atlantic-way

mullaghmore-sligo

Nous nous dirigeons ensuite vers Donegal, où se trouve notre chambre d’hôtes pour la nuit. Le GPS est facétieux, il nous emmène à une adresse qui n’a absolument rien à voir. Heureusement, un adorable homme d’un certain âge vient à notre rescousse. Je ne comprends pas tout ce qu’il me dit (il a un vrai accent irlandais bien prononcé!) mais il décide en fait de nous montrer directement la route en nous précédant en voiture. Juste adorable! Les irlandais sont décidément fidèles à leur réputation: très accueillants et sympathiques!

Bonnes adresses à Donegal

Pour le dîner, nous nous rendons au restaurant Quay West, situé sur le port de Donegal. La carte me fait au départ un peu peur (la cohabitation de poissons, pizzas et plats d’inspiration asiatique ou mexicaine sur une même carte me rend méfiante. Mais c’est peut-être un réflexe très français), mais le restaurant a bonne réputation. Et en effet, nous nous y régalons! Mon cabillaud est délicieux et servi copieusement.

quay-west-donegal

Pour la nuit, nous logeons dans la chambre d’hôtes Ard na Breatha, située dans une grande maison à l’écart du centre-ville. Il ne faut cependant que 15/20 minutes à pied pour rejoindre le centre. L’accueil y est chaleureux, la chambre agréable (il y a juste la salle de bain qui n’est pas très grande), avec de beaux espaces communs et un petit déjeuner excellent! A conseiller 🙂

ard-na-beatha-chambre-hotes-donegal

petit-dejeuner-ard-na-beatha

Jour 4 – De Donegal à Ardara (80km) – Slieve League Cliffs, tweed et laine

Fascinantes falaises de Slieve League

Après un savoureux petit déjeuner dans notre chambre d’hôtes, en route pour Slieve League! Les secondes plus hautes falaises d’Europe nous y attendent. Curieusement, elles sont bien moins connues que les falaises de Moher alors qu’elles sont bien plus hautes (le point culminant est à 601m).

falaises-slieve-league

La route pour aller de Donegal à Slieve League est tout simplement magnifique. Entre Kilcar et Carrick, n’oubliez surtout pas de suivre la Coast Road (faites attention aux panneaux, elle est indiquée), une route panoramique qui offre de superbes points de vue. Nous n’arrêtions pas de nous exclamer et de nous arrêter pour faire des photos en la parcourant!

coast-road

Je n’avais pas bien compris au départ comment aller voir les falaises (j’avais l’impression qu’il y avait beaucoup de routes possibles), mais il faut en fait suivre les panneaux Bunglass (à gauche à un moment donné dans Carrick), qui vous mèneront à un point de vue idéal sur les falaises de Slieve League. La route est étroite et sinueuse mais ce n’est pas très long. A un moment donné, vous verrez un parking et une barrière. Vous pouvez vous y garer et décider de marcher jusqu’au point de vue: c’est beau mais c’est tout de même une route. Sinon, il faut ouvrir la barrière, passer et la refermer. Cette barrière est là pour le bétail mais non pour empêcher les voitures de monter au point de vue, il ne faut pas hésiter à la franchir. Et si vous voulez marcher, il y a largement de quoi faire là haut sur des sentiers de randonnée!

slieve-league-falaises

Nous nous rendons au point de vue en compagnie du très sympathique Paddy, qui tient le café Ti Linn devant lequel vous passerez pour monter. En plus du café, Paddy possède une agence réceptive et organise donc pour les visiteurs de passage des sorties dans la région: excursions sur des thèmes variés, randonnées avec guide, tours en bateau pour admirer les falaises depuis la mer… Il y en a pour tous les goûts!

moutons-slieve-league

randonnee-slieve-league

Alors que nous profitons de la vue incroyable sur les falaises, nous discutons avec Paddy qui nous renseigne sur la vie du lieu et ses anecdotes. Nous montons par le chemin pour avoir une vue encore plus panoramique sur les falaises et les paysages alentours. Je vous encourage fortement à faire de même, cela vaut le coup.

bunglass-slieve-league

J’ai été fascinée par les paysages autour du point de vue. On se croirait tout à coup en montagne, avec des terrains arides et très rocailleux.  Il y a cependant tout de même de la végétation (rase), si bien qu’apparemment le lieu est incroyablement beau en été: tous les petits buissons qui sont marrons au mois de mai s’avèrent être de la bruyère et tapissent donc le sol de violet! Cela doit être incroyable!

slieve-league-bunglass

Pause déjeuner au Café Ti Linn

En descendant, nous nous arrêtons déjeuner au café de Paddy, le café Ti Linn. Tout y est fait maison sur place : pain (je vous invite d’ailleurs à goûter leur excellent soda bread, typiquement irlandais), soupes, gâteaux…C’est un endroit parfait pour un déjeuner sur le pouce ou une pause café.

paddy-ti-linn

Visite du Folk Village de Glencolmcille

Nous nous mettons ensuite en route pour Glencolmcille, un village possédant une sorte de petit écomusée: le Folk Village Museum. On y découvre un ensemble de 6 chaumières présentant l’aménagement des habitations irlandaises de différentes époques. C’est intéressant à voir mais un peu brouillon: beaucoup d’objets et des fiches explicatives manquant à mon avis un peu de prise de hauteur. Les objets y sont décrits mais j’aurais aimé davantage de mise en perspective avec la vie en Irlande à l’époque et l’histoire du pays. Cela étant dit, le musée vit grâce aux bénévoles et c’est donc déjà un beau travail qu’ils ont réalisé! On ne peut que saluer leur investissement et les encourager à continuer. Pour résumer, ce n’est pas à mon sens un incontournable mais la visite reste instructive!

glencolmcille-folk-village

Glengesh Mountain Pass

Nous reprenons ensuite la voiture pour nous diriger vers Ardara, capitale du tweed irlandais. Oui, rien que ça! Là encore, la route est magnifique.

comte-donegal

Nous passons notamment par le Glengesh Mountain Pass, un col de montagne offrant une vue magnifique sur les alentours.

glengesh-mountain-pass-irlande

Découverte de la fabrication du tweed chez Eddie Doherty

Arrivées à Ardara, nous nous dirigeons vers la boutique d’Eddie Doherty, grand spécialiste du tweed. Eddie tisse depuis l’âge de 11 ans! Aujourd’hui encore, tous les produits vendus dans sa boutique sont fabriqués à la main à l’aide de son imposant métier à tisser dont il nous montre d’ailleurs le fonctionnement.

tissage-tweed-doherty

doherty-eddie-tweed

Le travail est impressionnant mais le résultat à la hauteur: énormément de très belles pièces sont à vendre dans son magasin: des casquettes, vestes, couvertures, écharpes… Superbe!

casquettes-tweed-eddie-doherty

magasin-tweed-eddie-doherty-ardara

Visite de John Molloy’s, fabricant de pulls irlandais

Nous poursuivons notre découverte du textile irlandais par la visite de John Molloy’s, une entreprise familiale également située à Ardara et qui est quant à elle spécialisée dans le travail de la laine. Oui, les célèbres pulls irlandais, par exemple!

pulls-irlandais-john-molloys

John Molloy’s fabrique des pulls de deux façons différentes: certains sont faits à la machine dans l’atelier adjacent au magasin (et qu’il est possible de visiter), d’autres sont entièrement faits à la main par des femmes directement chez elles, comme autrefois. J’ai personnellement bien aimé cette approche, qui permet pour le client d’avoir des gammes de prix différentes tout en sachant exactement ce qu’il achète. Un pull entièrement fabriqué à la main demande de très longues heures de travail et n’est donc pas à la portée de toutes les bourses. Un pull fabriqué à la machine est plus abordable mais crée également des emplois locaux, puisque tout est fabriqué sur place.

visite-john-molloy

visite-john-molloy-ardara

Loughros Point

Nous allons ensuite nous promener à Loughros Point. je vous laisse admirer la couleur bleu turquoise de l’eau près de laquelle nous passons… Je ne pensais pas que cela pouvait arriver en Irlande. Fou, non?

loughros-point-wild-atlantic-way

Où dormir et dîner à Ardara?

Nous dînons et passons la nuit à la Woodhill House, un petit hôtel de charme situé dans un manoir ancien au coeur d’un écrin de verdure. Notre chambre est immense, la décoration est simple et sans touche particulière mais le lieu dans son ensemble est vraiment agréable: le jardin est superbe, remarquablement bien entretenu et les parties communes de la maison très belles! Un vrai petit havre de paix où il fait bon s’installer et se détendre. Les propriétaires sont également très accueillants et n’hésitent pas à prendre du temps pour vous donner des informations sur la région. Enfin, le petit déjeuner est copieux et excellent.

cheminee-woodhill-house-ardara

Côté gastronomie, nous avons beaucoup apprécié le dîner à Woodhill House. Il est possible de dîner au restaurant ou de commander des plats plus simples directement au bar. Ce que nous avons eu était délicieux en tout cas!

Jour 5 – D’Ardara à Gweedore (60km) – Ile d’Arranmore

Aujourd’hui au programme, une excursion sur l’île d’Arranmore, une petite île d’environ 500 habitants réputée être très belle! Nous nous rendons à Burtonport, d’où part le ferry qui nous y mènera. Etonnement en apercevant le ferry: il est tout petit! Du coup, je vous conseille de réserver à l’avance, en plein été je suppose qu’il peut vite être plein. Notez qu’il y a deux compagnies de ferry (voir ici celle que nous avons prise et pour l’autre), donc vous pouvez toujours vous renseigner auprès des deux.

port-burtonport-donegal

Nous embarquons les voitures 15 minutes avant le départ du ferry. Petit détail, il faut embarquer sur ce petit bateau en marche arrière… et je ne le sens que très moyennement (oui, je ne suis pas très douée, je l’avoue!). Heureusement, les Irlandais sont toujours aussi gentils et l’un des employés du ferry s’occupe de garer la voiture à ma place. Ouf, merci Monsieur!

ferry-arranmore

La traversée est rapide (15/20 minutes) mais agréable, avec de belles vues.

ferry-ile-arranmore

traversee-ferry-arranmore

Nous décidons de faire le tour de l’île en voiture, en nous arrêtant quand bon nous semble. Nous n’avons malheureusement pas le temps de tout faire à pied (cela prendrait 6h environ a priori).

ile-arranmore-irlande

plage-ile-arranmore

Nous démarrons par la côte sud, qui offre de très belles plages. Alors que nous nous baladons sur l’une d’elles, nous voyons une jeune fille faisant travailler son cheval à pied sur la plage: quel rêve de bénéficier d’un tel cadre!

longe-cheval-plage-arranmore

paysages-ile-arranmore

Au fur et à mesure que nous remontons vers le nord, le paysage change: il devient plus aride et rocailleux. Il est toujours impressionnant de voir les différences de paysages sur d’aussi petites distances, en fonction de l’exposition. Les routes que nous parcourons sont superbes et peu fréquentées: il est donc aisé de s’arrêter pour admirer le paysage et faire des photos.

ile-arranmore-wild-atlantic-way

arranmore-ile-cote-ouest

Nous croisons régulièrement des tourbières, dans lesquelles des gens travaillent. On se sert en effet beaucoup de la tourbe en Irlande, notamment pour se chauffer. Il faut dire qu’il y en a de sacrées quantités, nous en verrons tout le long du voyage!

tourbiere-irlande

Sur la route en direction du phare d’Arranmore, nous admirons de magnifiques falaises. Décidément, que de variété sur cette petite île!

falaises-arranmore-ile

ile-arranmore-falaise

Le phare en lui-même est joli mais un peu décevant car il n’est pas possible de s’en approcher. Ce n’est pas grave, la route vaut la peine d’être parcourue.

phare-arranmore

La côte est de l’île présente quant à elle de très belles vues panoramiques sur le continent. Magnifique, une fois de plus!

vue-ile-arranmore

Nous mettons au total environ 3h30 pour faire le tour de l’île, (nombreuses) pauses incluses. Nous avons même fait une pause supplémentaire du fait d’une voiture, sans doute en panne et laissée… Sur la route! Le souci, c’est que les routes sont tellement peu larges que plus personne ne pouvait passer. Heureusement que des habitants passaient par là et l’ont tirée sur un petit chemin à côté! Nous finissons l’après-midi tranquillement en prenant un verre dans un pub en attendant le ferry.

plage-arranmore-irlande

Après la traversée, nous nous rendons au An Chuirt Hotel à Gweedore. La localisation de l’hôtel est superbe, juste en face d’un lac et de la montagne Errigal, une impressionnante montagne de forme conique. L’intérieur de l’hôtel est un peu décevant comparé à l’extérieur (c’est un petit peu vieillot) mais cela reste un lieu agréable. Nous dînons au restaurant de l’hôtel, où nous mangeons très bien. A conseiller!

montagne-errigal-donegal

Jour 6 – De Gweedore à Rathmullan (90km) – Glenveagh et Fanad Head

Parc national de Glenveagh

Petite escapade en dehors de la Wild Atlantic Way pour cette 6e journée: nous ne résistons pas à l’appel du Parc national de Glenveagh, situé au coeur du comté de Donegal. La route pour y aller est déjà un enchantement.

route-vers-parc-glenveagh

Glenveagh est un lieu tout simplement grandiose: les paysages, entre lacs et montagnes, sont sublimes. De plus, il possède un impressionnant château entouré de beaux jardins. Il y a d’ailleurs beaucoup de monde ce jour-là: le parc national de Glenveagh est un lieu de balade très prisé! Il faut dire qu’il y en a pour toutes les envies: il est possible de venir en famille y faire un petit tour et s’arrêter déjeuner dans leur sympathique salon de thé mais aussi d’opter pour une sortie plus sportive en allant marcher sur les nombreux sentiers de randonnée du parc (ne pas hésiter à se renseigner à l’entrée).

parc-national-glenveagh

Après nous être garées à l’entrée du parc, nous prenons une navette pour rejoindre le château (mais on peut aussi décider de marcher, il y a 4km), qu’il est possible de visiter lors d’une visite guidée. Je vous encourage à le faire, l’intérieur a été très bien conservé et est beau à voir. Un petit film en fin de visite permet également à ceux qui le souhaitent d’en apprendre davantage sur l’histoire du château et ses propriétaires successifs. Pas de photos de l’intérieur puisqu’elles sont interdites, vous aurez donc la surprise!

chateau-glenveagh

Les jardins sont immenses et fascinants de diversité. On ne s’attend pas à voir une telle luxuriance à cet endroit, c’est une véritable oasis! Il faut dire que les jardiniers s’en donnent à coeur joie: ils se servent aussi du jardin comme d’une réserve dans laquelle ils peuvent faire pousser et conserver des espèces très variées.

jardins-glenveagh-irlande

fleurs-jardin-glenveagh

Je vous conseille d’emprunter le chemin appelé « View point trail« , qui vous permettra d’accéder à un point de vue panoramique sur le parc et le château. Cela monte un peu mais ce n’est pas bien long et la vue est incroyable!

glenveagh-parc-national

vue-panoramique-parc-national-glenveagh

Enfin, n’hésitez pas à faire une pause dans la jolie Tea Room du château: si vous aimez les bons (et gros) gâteaux, c’est l’endroit idéal! Une part nous a fait notre déjeuner…Et elle était très bonne!

salon-the-chateau-glenveagh

Doe Castle

Nous nous mettons ensuite en route en direction de Fanad Head, mais décidons de faire un mini détour pour aller voir le Doe Castle. Les ruines du Doe Castle ne sont pas forcément extrêmement intéressantes en elles-mêmes, mais la situation de cet ancien château est vraiment exceptionnelle. Au bord de l’eau, cette localisation stratégique permettait en effet de surveiller facilement les environs. Vous aurez également une belle vue sur le Doe Castle le long de la WAW, où un point de vue vous permet d’ailleurs de vous arrêter et de l’admirer.

doe-castle

doe-castle-wild-atlantic-way

Fanad Head

La route qui nous mène à la péninsule de Fanad est décidément toujours aussi belle et nous continuons à nous extasier. Nous rejoignons Fanad Head, la pointe de la péninsule, sur laquelle se trouve l’impressionnant phare de Fanad Head.

phare-fanad-head

Nous faisons une visite guidée du phare, certainement très intéressante mais je dois avouer avoir eu beaucoup de mal à comprendre notre guide. J’ai donc dû profiter d’environ la moitié de la visite (c’est bête, je comprenais très bien les guides des autres groupes en revanche!). Petite déception aussi en haut du phare puisqu’il est impossible de sortir pour admirer la vue. Si vous avez envie de connaître l’histoire de ce phare et de comprendre le fonctionnement des phares en général, je vous invite à faire la visite. Sinon, vous pouvez simplement vous rendre sur les lieux pour l’admirer, c’est surtout sa situation qui est remarquable à mon sens.

fanad-head-phare

Où dormir et dîner à Rathmullan?

Voici mon adresse coup de coeur de ce séjour: la Rathmullan House. Imaginez une superbe bâtisse décorée avec goût et située au bord de l’eau: vous traversez la pelouse et êtes à la plage. Le rêve, non?

rathmullan-house

plage-rathmullan

J’y serais bien restée quelques nuits de plus, à profiter de la luminosité de ma chambre spacieuse, me prélasser dans la baignoire, aller nager dans la piscine, me balader sur la plage et prendre un verre en fin de journée près de la cheminée…  Un vrai petit paradis! Mention spéciale également pour le dîner au restaurant The Cook and Gardener, qui était excellent, et le délicieux petit déjeuner qui nous a été servi.

salon-rathmullan-house

petit-dejeuner-rathmullan-house

Jour 7 – De Rathmullan à Dublin (250km) – Visite d’une brasserie artisanale

Dernier jour de notre road trip en Irlande… Le temps est vraiment passé beaucoup trop vite, nous n’avons pas vu filer la semaine! Pour ne pas se laisser abattre, nous faisons une dernière visite avant de partir: la visite de la brasserie artisanale Kinnegar, située à Rathmullan mais qui sera bientôt à Letterkenny.

visite-brasserie-kinnegar-irlande

Nous sommes très bien accueillies par Libby, qui nous explique de manière abordable et vivante comment les bières Kinnegar sont fabriquées. J’ai vraiment beaucoup apprécié qu’elle prenne le temps de vulgariser ainsi son savoir-faire. Libby nous montre les différents types de malts, nous les fait goûter, fait sentir le houblon, explique les différents dosages utilisés pour créer des saveurs différentes… Pas de doute, c’est tout un art!

visite-micro-brasserie-kinnegar

houblon-kinnegar

Bonne nouvelle, les bières Kinnegar devraient arriver bientôt en France dans certains magasins spécialisés. Olivier, à qui j’ai rapporté quelques bières, a tout de suite approuvé l’idée (et moi aussi)! 😉

bieres-kinegar

Retour à Dublin et fin du voyage

Il est ensuite temps de faire la route du retour en direction de Dublin. Nous sommes en 3h30 environ à l’aéroport de Dublin où nous rendons la voiture (bonne nouvelle, je n’ai rien abimé!). Nous dormons ensuite au Maldron Hotel Dublin Airport, qui présente le grand avantage d’être situé juste à côté de l’aéroport et d’avoir un service de navette 24h/24. Et oui, le vol Ryanais Dublin-Paris le lendemain est à 6h40!

Nous repartons en France la tête remplie de belles images et de souvenirs incroyables…ce road trip en Irlande sur la Wild Atlantic Way était tout simplement génial!

Road trip en Irlande – Informations pratiques

Après les récits de voyage, il est temps maintenant de vous fournir quelques informations pratiques qui pourraient vous être utiles pour préparer à votre tour cette magnifique escapade en Irlande!

Si vous avez envie de lire le récit d’un road trip dans une autre partie du pays, en Irlande du Nord, je vous invite aussi à lire les articles de ma copine Lucie qui raconte son road trip sur la Causeway Coastal Route. Cela donne également très envie!

La Wild Atlantic Way

La Wild Atlantic Way est une route touristique de 2 500km de long, qui longe toute la côte ouest de l’Irlande. Pour ma part, je l’ai parcourue d’Enniscrone à Rathmullan, soit environ 865km: je suis donc très loin d’avoir tout vu mais je suis ravie de cet itinéraire!

enniscrone-coucher-soleil-plage

C’était mon premier road trip et, malgré l’excitation, j’avais aussi quelques craintes: passer autant de temps dans une voiture allait-il me plaire? J’ai donc prévu des étapes d’une durée raisonnable afin de pouvoir prendre mon temps et faire de vrais arrêts. Je vous recommande de faire de même, le ratio conduite/temps sur place était à mon sens parfait sur ce voyage (comme quoi, je progresse!).

coast-road

De plus, ma crainte de m’ennuyer dans la voiture s’est vite envolée: les paysages de la WAW sont magnifiques! C’est une route idéale pour un road trip: on ne va pas juste d’un point A à un point B, on apprécie la totalité du trajet ! Immenses prairies aux innombrables moutons, côte sauvage, plages à l’eau turquoise, paysages de montagne arides et rocailleux… Les paysages sont variés, on ne s’ennuie pas une minute ! La Wild Atlantic Way est globalement bien fléchée et de nombreux points de vue sont indiqués par des panneaux: il est possible de faire des détours pour aller en voir certains et de s’arrêter pour les admirer.

wild-atlantic-way

D’une manière générale, il est assez facile de s’arrêter même en dehors des points de vue « officiels »: sur les petites routes peu fréquentées, il est aisé de ralentir pour admirer le paysage voire de s’arrêter pour prendre des photos (faites tout de même attention à ne pas vous arrêter à un endroit dangereux, hein!).

Alors, la conduite à gauche ?

LA question que se posent tous les Français avant le départ. Personnellement, je dois avouer que cela me stressait un peu beaucoup! Mais je vous rassure, oui, vous devriez arriver à conduire à gauche avec un peu de concentration. J’ai trouvé pour ma part la première heure vraiment difficile: tous les repères sont inversés, c’est assez perturbant! Après quelques heures, cela allait déjà un peu mieux et au fil du temps je me sentais à l’aise. C’est toutefois là qu’il faut être vigilant à mon avis: on repartirait vite à droite spontanément (cela m’est arrivé 2 ou 3 fois!). En fait, il faut être concentré mais ça passe! Et si vous avez un copilote, cela aide clairement… Curieusement, ce que j’ai trouvé le plus dur est d’évaluer les distances sur le côté gauche de la voiture: j’avais toujours tendance à aller trop à gauche!

road-trip-irlande-wild-atlantic-way

Location de voiture

Je vous conseille de louer une voiture automatique : passer les vitesses avec la main gauche,  ce n’est pas simple ! Cela fera au moins quelque chose auquel il ne faudra pas penser…

Pour la voiture, je vous recommande une voiture relativement petite du fait de l’étroitesse des routes (sauf si vous êtes super à l’aise, ce que je vous souhaite). Le loueur voulait me surclasser en me donnant une énorme BMW rutilante, je n’en avais pas du tout envie! J’ai finalement hérité d’une Ford Focus (ça allait mais j’aurais préféré une plus petite!).

Prenez vraiment un GPS (ou une bonne vieille carte !), il n’y a pas toujours de panneaux pour vous guider. Même si la WAW est bien fléchée, vous vous en écarterez certainement à un moment donné.

Comment sont les routes en Irlande ?

Etroites !! J’ai plusieurs fois maudit le loueur de m’avoir donné une Ford Focus alors que je lui avais demandé une voiture plus petite. Les routes sont étroites, sinueuses et n’ont pas toujours de marquage au sol: autant dire qu’on se retrouve souvent à prier pour ne croiser personne en face. De plus les Irlandais sont habitués et conduisent donc assez vite sur ces routes qui nous semblent toutes petites: je me suis fait quelques frayeurs en les voyant débouler d’un coup! Ils se garent souvent en double file aussi, ce qui donne lieu à quelques passages étroits en ville. Rien de dramatique, on s’y habitue, mais il faut être un peu concentré!

Et les Irlandais, ils sont sympas?

Les Irlandais sont en général extrêmement sympathiques. Ils discutent très facilement, c’est impressionnant. Vous croisez quelqu’un dans un hall d’hôtel, il vous demande spontanément où vous allez, ce que vous avez fait… Il est aussi courant d’échanger un petit mot au détour d’un ascenseur, dans les toilettes,… Ils sont vraiment très accessibles, serviables et ont un sens de la conversation surprenant pour nous autres Français (surprenant dans le bon sens : c’est vraiment très agréable !). Vous vous sentirez vraiment bien accueilli!

Carte de mon road trip en Irlande

Ce voyage a été réalisé en partenariat avec Irlande Tourisme. Tous les choix éditoriaux et les opinions exprimées dans cet article me sont propres. 

 

Newsletter

4 Commentaires

  1. Violaine

    Super! Je pars en roadtrip jeudi prochain dans le Sligo justement alors je note les bonnes adresses Hihi
    Bises!
    Vio.

    Réponse
    • Laurène

      Ah génial!! Hâte de suivre ton voyage aussi alors 🙂

      Réponse
  2. Lucie A.

    Oh mais tu as traversé l’Irlande du Nord et tu ne m’as pas fait coucou?
    Magnifique coin de l’Irlande également dis donc. Je remarque une statue que j’ai moi aussi découvert en Irlande du Nord… Quand au site archéologique, j’en avais vu dans les Iles Orcades, je suis complètement fascinée.

    Réponse
    • Laurène

      Je l’ai en effet traversée mais le dernier jour sur l’autoroute, quoi 😉 Quelle statue est-ce? Celle de Rosses Point? Excellent pour le site archéologique, comme quoi cela dépend énormément des sensibilités!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This